CDM 1930 : L’Uruguay ouvre un nouveau monde

En 1930, en Uruguay, se déroule la première Coupe du Monde de l’histoire du football. Retour sur les origines de la création de cette compétition et sur cette première édition.

1Les origines

Si la naissance officielle du football et le projet d’organiser une Coupe du  monde  remonte à 1904 avec la création de la Fédération Internationale de  Football Association  (FIFA), ce n’est qu’en 1924, année du tournoi Olympique à  Paris, que ce sport acquiert une véritable dimension internationale. C’est en  effet la première fois que des équipes venues d’autres continents défient les  Européens. Le tournoi remporte un immense succès : 50 000 spectateurs assistent  à la victoire en finale de l’Uruguay sur la Suisse. C’est en 1928, alors que de  nombreux pays boudent le tournoi Olympique à Amsterdam, que se fait sentir le  besoin d’une compétition de football indépendante, compte tenu notamment du  développement du football professionnel.

Il faut dire aussi que dès son élection  à la présidence de la FIFA en 1921, Jules Rimet met tout en œuvre pour la mise  en place d’une nouvelle compétition en parallèle des Jeux Olympiques. Le 26 mai  1928, lors du congrès d’Amsterdam, la FIFA vote l’organisation d’une nouvelle  épreuve dès 1930, ouverte à tous les pays membres. Le 18 mai 1929, il est  décidé, lors du congrès de Barcelone, que l’Uruguay serait la première nation à  accueillir cette Coupe du Monde de la FIFA, pour fêter le centenaire de  l’indépendance du pays mais aussi parce que l’Uruguay est double champion  olympique en titre.

Treize participants pour une première

180px-Uruguay_1930_World_CupSous l’impulsion de Jules Rimet, son président, la FIFA organise donc la première Coupe du Monde en Uruguay, choisi notamment en raison de ses victoires aux Jeux Olympiques de 1924 et 1928.  La nation entière se mobilise, motivée par le fait que cette Coupe de Monde serait le point culminant de la célébration du centenaire de la création du petit pays. L’Uruguay accepte également de payer les frais de participation des équipes et de construire un nouveau stade à Montevideo, le Stade du Centenaire, dans un contexte économique pourtant difficile après le krach de 1929 (crise boursière à New York). Stade dont les quatre tribunes rendent hommages aux victoires du football uruguayen en portant les noms d’Olimpica, de Colombes, d’Amsterdam et en signe de confiance, d’America.

Tous les pays affilés à la FIFA sont invités à participer à la compétition mais seulement treize d’entre elles acceptent l’invitation, neuf du continent américain et quatre du continent européen. Le faible nombre d’équipes européennes s’explique par la durée du voyage en bateau, qui est de deux semaines, entrainant donc le refus de beaucoup d’entre elles. Les quatre nations européennes, la France, la Belgique, la Roumanie et la Yougoslavie se retrouvent  à bord du Conde Verde, un élégant paquebot. A leur arrivée, les Européens découvrent la passion locale et la ferveur omniprésente envers le ballon rond.

A l’origine, les organisateurs souhaitent que la compétition se tienne sous la forme de matchs à élimination directe, mais le nombre d’équipes engagées les poussent à mettre en place un premier tour par groupe. Les équipes sont donc réparties en un groupe de quatre et trois groupes de trois. Le premier de chaque groupe se qualifie pour les demi-finales, qui se jouent à élimination directe. Durant la phase de groupe, une victoire rapporte 2 points, un nul 1 point et une défaite ne rapporte aucun point. Les remplacements ne sont pas autorisés en cours de match. Le tirage au sort des groupes s’effectue une semaine avant le début du tournoi, quand toutes les sélections ont posé pied en Uruguay. Des têtes de série sont désignées et dévoilent les prétendus favoris de la compétition : l’Uruguay, l’Argentine et le Brésil. La quatrième place fait l’objet de discussion plus virulente entre les États-Unis et le Paraguay. Les deux équipes sont finalement placées dans le même groupe. Les équipes européennes sont placés dans un chapeau et les autres équipes dans un troisième chapeau.

Premier Tour : Lucien Laurent ouvre les hostilités

170px-Lucien_Laurent

Lucien Laurent

Groupe 1 : Argentine, France, Chli, Mexique

Le groupe 1 est composé de l’Argentine, du Chili, de la France et du Mexique. Le 13 juillet 1930, la France et le Mexique s’affrontent pour l’eux des deux matchs d’ouverture de la compétition. A la 19e minute de la rencontre, le Français Lucien Laurent inscrit le premier but de l’histoire de la Coupe du Monde en reprenant de volée un centre d’Ernest Libérati. La France s’impose dans ce match par 4 buts à 1.

Deux jours plus tard, la France est opposée à l’Argentine, favorite du groupe et de la compétition. A dix minutes de la fin de la rencontre, Luis Monti inscrit sur coup-franc le seul but du match qui permet à l’Argentine de s’imposer par  1 à 0.Le 16 juillet 1930, le Chili fait son entrée dans la compétition en battant et éliminant les Mexicains à la suite d’une victoire 3-0. Trois jours plus tard, grâce à une réalisation de Guillermo Subiadre, le Chili se défait de la France (1 à 0). Comme le Mexique, les Français sont éliminés.

Pour le cinquième match du groupe, l’Argentine s’impose devant le Mexique par 6 buts à 3. Avec deux victoires chacun, l’Argentine et le Chili sont au coude et à coude et se dispute la qualification. Devant 41 000 spectateurs au Stade Centenario, bien que privé de son capitaine Manuel Ferreira rentré au pays passé un examen universitaire, l’Argentine s’impose par 3 buts à 1 et assure la première place du groupe.

Rang Equipes Pts J G N P BP BC DIFF
1 Argentine 6  3 3 0 0 10 4 +6
2 Chili 4  3 2 0 1 5 3 +2
3 France 2 3 1 0 2 4 3 +1
4 Mexique 0 3 0 0 0 4 13 -9

Groupe 2 : Brésil, Yougoslavie, Bolivie

Le groupe 2 est composé du Brésil, de la Yougoslavie et de la Bolivie. Le Brésil est favori du groupe tandis que la Bolivie n’a encore jamais gagné de rencontre internationale. Le 14 juillet 1930, le Brésil est opposée à la Yougoslavie, sans doute la meilleure équipe européenne présente dans le tournoi. Grâce à des buts d’Alexsandar Tirnanic et d’Ivan Bek et malgré un but de Preguinho, les Yougoslaves créent la surprise et battent le Brésil (2-1).

Trois jours plus tard, la Yougoslavie a l’occasion d’assurer la première place du groupe contre la Bolivie, occasion qu’elle ne laisse pas passer puisque la Yougoslavie s’impose par 4 buts à 0. Le 20 juillet, dans un match sans enjeu, le Brésil s’impose lui aussi par 4 buts à 0 devant la Bolivie.

Rang Equipes Pts J G N P BP BC DIFF
1 Yougoslavie 4 2 2 0 0 6 1 +5
2 Brésil 2 2 1 0 1 5 2 +3
3 Bolivie 0 2 0 0 2 0 8 -8

Groupe 3 : Uruguay, Roumanie, Pérou

Lepays organisateur, l’Uruguay est dans le groupe 3 avec la Roumanie et le Pérou. Le premier match du groupe oppose la Roumanie au Pérou. Devant une faible affluence (2 549 spectacteurs), la Roumanie ouvre le score au bout de 50 secondes de jeu par Adalbert Desu, but le plus rapide du tournoi. Ce match est aussi marqué par la première expulsion de l’histoire de la Coupe du Monde, celle du Péruvien Placido Galindo. L’avantage numérique profite à la Roumanie qui finit par s’imposer par 3 buts à 1.

L’Uruguay ne  fait son entrée dans le tournoi que le 18 juillet contre le Pérou, soit cinq jours après le match d’ouverture, à cause du retard de construction du Stade Centenario que la Céleste doit inaugurer. Le match est précédée d’une cérémonie marquant le centenaire de la première constitution de l’Uruguay, ratifiée le 18 juillet 1830. Sur le terrain, l’Uruguay s’impose par 1 but à 0 grâce à Hector Castro, au terme d’une performance jugée mauvaise par la presse uruguayenne.

Le dernier match du groupe entre l’Uruguay et la Roumanie est capital pour la qualification en demi-finales. Grâce à Pablo Dorado, Hector Scarone, Peregrino Anselmo et Pedro Cea, l’Uruguay s’impose par 4 buts à 0 et termine à la première place du groupe.

Rang Equipes Pts J G N P BP BC DIFF
1 Uruguay 4 2 2 0 0 5 0 +5
2 Roumanie 2 2 1 0 1 3 5 -2
3 Pérou 0 2 0 0 2 1 4 -3

Groupe 4 : Etats-Unis, Belgique, Paraguay

Le groupe 4 regroupe les États-Unis, le Paraguay et la Belgique. Le 13 juillet 1930, les Etats-Unis et la Belgique s’affrontent pour l’un des deux matchs d’ouverture de la compétition. Grâce à un doublé de Bartholomew McGee (le premier en Coupe du Monde) et un but de Bertram Patenaude, les Etats-Unis s’imposent par 3 buts à 0.

Quatre jours plus tard, les Etats-Unis sont opposés au Paraguay. Bertram Patenaude inscrit les trois buts de son équipe et le premier triplé de l’histoire de la Coupe du Monde. Cette victoire 3 à 0 des Américains leur permet de se qualifier pour les demi-finales. Lez troisième et dernier match du groupe est sans enjeu. Grâce à un but de son capitaine Luis Vargas Pena, le Paraguay s’impose par 1 but à 0 devant la Belgique, seule équipe avec la Bolivie à n’avoir pas marqué de but dans le tournoi.

Rang Equipes Pts J G N P BP BC DIFF
1 Etats-Unis 4 2 2 0 0 6 0 +6
2 Paraguay 2 2 1 0 1 1 3 -2
3 Belgique 0 2 0 0 2 0 4 -4

Demi-finales : L’Argentine et l’Uruguay répondent présentes

Après tirage au sort, les demi-finales opposent l’Argentine aux États-Unis et l’Uruguay à la Yougoslavie.

Argentine / Etats-Unis

Le 26 juillet, au Stade Centenario devant 70 000 spectateurs et sur un terrain détrempé, a lieu la première demi-finale entre l’Argentine et les Etats-Unis.  Au bout de dix minutes de jeu, les Etats-Unis connaissent un coup dur avec la blessure du milieu de terrain Raphael Tracey qui reste cependant sur le terrain durant la première période. A la 20e minute de jeu, Luis Monti ouvre le score pour l’Argentine. Grâce à ce but, les Argentins mènent à la pause.

En seconde période, l’Argentine domine largement et inscrit cinq buts : un d’Alejandro Scopelli et deux doublés de Guillermo Stabile et Carlos Peucelle. En fin de match, l’Américain Jim Brown réduit la marque pour l’honneur. L’Argentine signe  une victoire finale 6-1 et décroche la première place de finaliste.

World Cup Final. 1930, Uruguay. The Centenary Stadium, venue for the first FIFA World Cup Final.

Stade du Centenario

Uruguay / Yougoslavie

Le lendemain, toujours au Stade Centenario et devant 80 000 personnes, l’Uruguay affronte la Yougoslavie. Si Dorde Vujadinovic ouvre la marque pour les Yougoslaves, les Uruguayens ne tardent pas à répliquer. Pedro Cea égalise et Peregrino Anselmo par un doublé donne l’avantage aux siens, même si le but du 2-1 est contesté car un policier a renvoyé le ballon à Anselmo après qu’il soit sorti du terrain. L’arbitre de la rencontre accorde pourtant le but à la stupéfaction générale. Un peu plus tard, après la demi-heure de jeu, un but est refusé à la Yougoslavie pour une position de hors-jeu controversé. La Yougoslavie ne s’en remettra pas.

En seconde mi-temps, l’Uruguay marque à trois reprises : une fois par Santos Iriarte et deux fois par Pedro Cea, ce qui conclut un triplé pour lui. Comme l’Argentine la veille, l’Uruguay s’impose par 6 buts à 1. La première finale de la Coupe du Monde opposera donc l’Uruguay à l’Argentine.

Finale : La gloire de l’Uruguay

Uruguay / Argentine

 La finale a lieu le 30 juillet 1930 à 15h30 au Stade Centenario, devant 68 346 spectateurs comme l’estime la FIFA, mais certaines sources évaluent ce chiffre à beaucoup plus (90 000). La rivalité entre les deux pays, qui s’affrontent régulièrement et notamment lors de la dernière finale olympique, est très forte, à tel point qu’il n’arrive pas à se mettre d’accord sur le ballon à utiliser, chacun voulant utiliser son propre ballon. Le départage s’effectue finalement par l’arbitre à pile ou face et le ballon argentin est utilisé pour la première mi-temps alors que le ballon uruguayen l’est en seconde période.

1930_uruguay

Uruguay 1930
Gestido, Nasazzi, Ballesteros, Mascheroni, Andrade, Fernandez, Dorado, Scarone, Castro, Cea, Iriarte

La rencontre débute et dès la 12e minute, l’Uruguay ouvre le score par Pablo Dorado, l’ailier droit, d’une frappe à ras de terre. Les Argentins arrivent à recoller 8 minutes plus tard grâce à Carlos Peucelle. L’Argentine, bien organisée, arrive à prendre l’ascendant à la 37e minute grâce à un but de son avant-centre, Guillermo Stabile. A la pause, l’Argentine mène par 2 buts à 1. Dès le retour des vestiaires, l’Uruguay se rue à l’attaque, concède deux occasions franches aux Argentins qui touchent la barre transversale mais parvient à égaliser juste avant l’heure de jeu par Pedro Cea. A la 68e minute, les Uruguayens reprennent l’avantage grâce à Santos Iriarte, l’ailier gauche. Les supporters uruguayens sont aux anges et poussent les leurs. L’Argentine donne tout, mais trouve à nouveau la barre par Stabile. Dans l’action suivante, Hector Castro, l’avant-centre uruguayen, marque de la tête à quelques instants de la fin. La victoire de la Céleste est scellée. 4-2, c’est le score final. L’Uruguay est la première nation à triompher en Coupe du Monde. Les rues de Montevideo sont alors envahies par des milliers de supporters qui célèbrent la victoire de leur pays.

La finale de 1930 :

Les Champions du Monde 1930 :

Gardiens : Enrique Ballesteros, Miguel Capuccini

Défenseurs : Ernesto Mascheroni, José Nasazzi, Emilio Recoba, Domingo Tejera

Milieux : José Andrade, Lorenzo Fernandez, Alvaro Gestido, Angel Melogno, Conduelo Piriz, Carlos Riolfo

Attaquants : Peregrino Anselmo, Juan Carlos Calvo, Hector Castro, Pedro Cea, Pablo Dorado, Santos Iriarte, Pedro Petrone, Zoilo Saldombide, Hector Scarone, Santos Urdinaran

Sélectionneur : Alberto Suppici

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Coupe du Monde. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s