CDF 1918/1919 : Le CASG Paris s’offre le tenant

19CoupeCASG

CASG Paris 1918/1919

La saison 1918/1919 marque la seconde édition de la Coupe de France. L’accès à la compétition n’étant autorisée qu’aux clubs affiliés à une Ligue régionale, beaucoup d’entre eux doivent déclarer forfait pour le premier tour de la compétition. 59 clubs prennent néanmoins part à l’épreuve, soit 11 de plus que la saison précédente. Cinq clubs sont exemptés de 32es de finale et sont directement qualifiés pour les 16es de finale.

Le tenant du titre, l’Olympique de Paris, rebaptisé après la fusion de l’Olympique de Pantin avec le Sporting Club Vaugirard et qui évolue désormais en vert, défend chèrement sa peau. Après avoir atomisé le Margarita Club du Vésinet (8-0) et le Gallia Club Paris (7-2), les Olympiens éliminent le CA Paris (2-1) et la VGA Médoc de Bordeaux, permettant ainsi au club de disputer une deuxième finale consécutive. Au Parc des Princes, les Olympiens affrontent un autre club parisien, le CA Société Générale de Paris (Club Athlétique), qui a pour sa part, éliminé le SC Choisy-le-Roi (5-1), le Stade Français (2-0), l’AS Française (4-2) et le Stade Rennais (3-4).

Les deux clubs parisiens s’étaient affrontés en demi-finale la saison dernière. Les deux équipes abordent la rencontre avec l’organisation défensive classique de l’époque : une paire d’arrières centraux évoluant en zone (Mentha-Frizon pour le CASG et Fievet-Vasselin pour l’Olympique), deux demi-ailes prenant individuellement les ailiers et un demi-centre jouant en pivot devant la défense et chargé d’organiser le jeu (Ninot pour l’Olympique, Schmer puis Devis après une réorganisation en seconde période pour le CASG) avec un attaquant évoluant en retrait (Hatzfeld pour le CASG et Darques pour l’Olympique).

Le CA Société Générale ouvre la marque de cette finale par Emilien Devic. Malgré l’absence de ses quatre internationaux belges (Decoux, Van Ruey, Lambrechts et Verhoeven) qui le diminue, l’Olympique de Paris parvient à égaliser et à prendre l’avantage au score grâce à Jules Dewaquez. Le CA Société Générale parvenait néanmoins à égaliser grâce à l’un de ses trois anglais Louis Hatzfeld (Hadden et Mentha étant les deux autres). La décision devait se faire en prolongation. En toute fin, à la 118e minute exactement, Louis Hatzfeld inscrit un deuxième but, qui donna la victoire définitive à son équipe. Le CASG Paris  succède donc à son adversaire finaliste et remporte la deuxième édition de la Coupe de France.

– Composition des équipes finalistes de la Coupe de France 1918/1919 :

CASG Paris : Ganneval, Mentha (cap.), Frizon, Hadden, Schmer, Devic, E. Devicq, Deydier, Hatzfeld, Boyer, J. Devicq

Olympique de Paris : Blochet, Fiévet, Vasselin, Jousserand, Ninot, Van Steck, Dewaquez, Landauer, Mainguet, Darques (cap.), Dartoux

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Coupe de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s