CDF 1932/1933 : La finale roubaisienne pour l’Excelsior

Excelsior AC 1932/1933

Excelsior AC Roubaix 1932/1933
Bartlett, Dhulst, Delmer, Barbieux, Simon (Dir), Payne, Gianelloni, Burghraeve, Bugé, Van Caeneghem, Liétaer, Langiller

Malgré la création du championnat professionnel disputé par 20 clubs, la Coupe de France reste, avec 472 engagés, l’épreuve reine du football français, renforcée par la forte résistance d’ordre moral contre le professionnalisme dans de nombreux clubs. La Coupe devient donc le lieu de l’affrontement très symbolique entre les amateurs et les professionnels. Parmi les 20 clubs professionnels, l’Olympique d’Alès est le seul qui ne passe pas le cap des tours préliminaires.

En trente-deuxième de finale, deux anciens vainqueurs de la Coupe désormais professionnels, l’Olympique de Marseille et le CA Paris, tombent contre des amateurs, respectivement face au CA Mulhouse (4-0) et l’US Boulogne (1-0). Les professionnels du FC Metz sont aussi éliminés par les amateurs du RC Lens, battus en deux matchs (0-0, 2-0). Le  SC Fives comme le même sort que les Messins contre le RC Strasbourg (1-0).

En seizièmes de finale, trois autres clubs professionnels sont éliminés, l’Olympique Lillois, futur champion de France 1933, le FC Mulhouse et Hyères FC, les trois par d’autres clubs de l’élite. En huitième de finale, seul le SC Nîmes tombe devant un amateur, le RC Roubaix, finaliste de la précédente édition (3-0). Le tenant du titre, l’AS Cannes, fait tomber le Red Star (2-0) et FC Sète élimine le Club  Français (2-1), vainqueur de la Coupe en 1931.

En quart de finale, Cannes élimine son voisin d’Antibes (3-1), l’Excelsior Roubaix sort l’OGC Nice (3-1) et le FC Sète dispose du FC Sochaux-Montbéliard (3-2 a.p.). Les amateurs du RC Roubaix poursuivent leur beau parcours en éliminant les professionnels des Sports Olympiques Montpelliérains (3-0). En demi-finale, le RC Roubaix signe une nouvelle grosse performance en se qualifiant pour une deuxième finale de Coupe consécutive au dépend de l’AS Cannes (2-0). Battus l’an passé en finale par les Cannois, les Roubaisiens tiennent leur revanche. Dans l’autre demi-finale, l’autre club roubaisien, l’Excelsior décroche lui aussi sa place pour la finale du 7 mai en s’imposant devant le FC Sète (2-1).

A Colombes, la seizième finale de la Coupe de France oppose donc pour la première fois deux clubs de la même ville de province. Cette finale représente également l’affrontement entre le professionnalisme (de l’Excelsior) et l’amateurisme (du Racing). Le RC Roubaix a déjà éliminé trois clubs professionnels sans prendre de but. Mais cette finale est vite réglée : Marcel Lechanteux se blesse rapidement (10e) en chargeant le capitaine de l’Excelsior Marcel Langillier permute avec Jules Cossement. Le Racing pratique dès lors un jeu beaucoup trop défensif (Georges Verriest double ses arrières, André Van Vooren et André Chauvel très en retrait) pour espérer remporter la rencontre devant un adversaire beaucoup plus offensif, avec un demi-centre d’attaque (Célestin Delmer) et un seul inter en retrait (Noël Liétaer) pour organiser le jeu. Bien lancé par l’ouverture du score de Langillier dès la 3e minute, l’Excelsior profite de la réorganisation du Racing pour doubler la mise par Julien Buge à la 23e minute et alourdir le score 3 minutes plus tard par Norbert Vvan Caeneghem. En fin de match (72e), le Racing réduit la marque par André Van Vooren mais cela ne l’empêche pas de perdre une deuxième finale consécutive. L’Excelsior et Marcel Langillier, qui avait perdu une finale avec le CA Paris, peuvent brandir la Coupe, la première du club roubaisien.

– Composition des équipes finalistes de la Coupe de France 1932/1933 :

Excelsior AC Roubaix : Gianelloni, Payne, Dhulst, Bartlett, Delmer, Barbieux, Burghraeve, Buge, Van Caeneghem, Liétaer, Langiller (cap.)

RC Roubaix : Encontre, Cottenier, Hewitt (cap.), Lechanteux, Verriest, Lerouge, Cossement, A. Van Vooren, Leveugle, Chauvel, R. Van Vooren

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Coupe de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s