CDF 1935/1936 : Première pour le RC Paris

rcfrance1936

RC Paris 1935/1936
Schmitt, Mestre (Dir), Roux, Banide, Diagne, Hiden, Jordan, Delfour, Mercier, Kennedy, Couard, Veinante, Mathé

Retour sur la Coupe de France 1935/1936.

Trente-deuxièmes de finale : La D1 ne tremble pas

Comme la saison passée, les trente-deuxièmes de finale sont marqués par un sans-faute des seize clubs de première division. L’OM, le tenant du titre, n’a pas de mal à se défaire du petit club du FC Scionzier (8-1). Le Stade Rennais, finaliste l’an passé, dispose du Stade Quimpérois (4-2). Le FC Sochaux-Montbéliard, champion de France 1935, n’est pas inquiété par le FC Nancy (4-0), pas plus que le FC Sète contre l’US Bédaricienne (5-0), ni le Red Star contre l’EF Bergerac (10-1). Le RC Paris, contre le FC Lorient (5-1) et l’Olympique Lillois, contre l’AS Amicale (5-0) passent également sans encombres.

Seizièmes de finale : Metz, le mauvais élève

En seizièmes de finale, les premières têtes de l’élite tombent quand les clubs de D1 sont amenés à s’affronter. En deux temps, l’OM élimine le FC Sète (1-1, 1-0) dans une des plus grosses affiches de ce tour. Dans les autres chocs entre D1, Rennes élimine Antibes (2-0), Cannes met dehors Strasbourg (3-1) et le Red Star sort Mulhouse (4-1). Le CS Metz joue les mauvais élèves en étant le seul club de l’élite à se faire éliminer par un plus petit, en l’occurrence Amiens SC (2-1).

Huitièmes de finale : L’OM perd sa Coupe à Lille

En huitièmes de finale, l’OM abandonne sa Coupe sur la pelouse de l’Olympique Lillois (3-1). Rennes tombe également sur la pelouse de l’Excelsior AC Roubaix (2-0). Le Red Star, lui, passe en battant Amiens SC (3-1). Le RC Paris se qualifie contre le SM Caen (5-1). Comme Metz au tour précédent, Cannes s’incline devant une D2, le FCO Charleville (1-0). Après un premier match nul (2-2 a.p.), Sochaux passe au dépend de Valenciennes (6-2).

Quarts de finale : Charleville surprend encore

En quarts de finale, le FCO Charleville continue son beau parcours en éliminant une autre D1, l’Excelsior Roubaix (2-0). Le Red Star met fin à l’autre joli parcours de cette dix-neuvième édition de la Coupe, celui de l’AS Brestoise (4-2). Après deux matchs, le RC Paris vient à bout de l’Olympique Lillois (2-2 a.p., 3-0). Le FC Sochaux-Montbéliard a, lui, besoin de trois matchs pour éliminer le SC Fives (0-0 a.p., 2-2 a.p., 1-0).

Demi-finales : Charleville en finale !

En demi-finales, le RC Paris est opposé à Sochaux-Montbéliard et Charleville au Red Star. Au Parc des Princes, le RC Paris décroche son billet pour la deuxième finale de Coupe de son histoire après celle perdue en 1930 en s’imposant par 3 buts à 0 contre les Sochaliens. A Colombes, dans l’autre demie, le FCO Charleville crée une nouvelle surprise en s’imposant devant le Red Star par 2 buts à 1.

Finale : Une première Coupe pour le Racing

A Colombes, le 3 mai de cette année 1936, le RC Paris fait donc logiquement figure de grand favori de cette finale. Comme à son habitude, l’entraineur George Kimpton aligne une équipe en « WM » où l’autrichien Jordan, pourtant recruté comme avant-centre, évolue comme stoppeur au sein de la défense. Kennedy et Veinante, eux, jouent comme meneurs de jeu. En face, le FCO Charleville aligne un équipe très défensive avec Helenio Herrera, placé derrière une ligne de trois arrières et avec le demi-centre Myrka aligné juste devant cette ligne défensive et chargé d’alimenter le meneur de jeu (et entraineur) Bieber ainsi que les trois avants. Dans cette configuration, Charleville, qui pratique un jeu fait de passes longues et de balles aériennes, ne parvient pas à déstabiliser la défense du RCP. Les Parisiens, eux en revanche, parviennent à trouver l’ouverture à la 67e minute grâce à Roger Couard, pour ce qui est finalement le seul but de cette finale. Le Racing tient donc sa première Coupe de France et son premier doublé puisque les hommes de Kimpton, qui lâchent quelques larmes après cette finale remportée, décrochent également le titre de champion de France 1936.

– Composition des équipes finalistes de la  Coupe de France 1935/1936 :

RC Paris : Hiden, Dupuis, Diagne, Banide, Jordan, Delfour (cap.), Ozenne, Kennedy, Couard, Veinante, Mathé

FCO Charleville : Darui, Languillat, Herrera (cap.), Brembilla, Mrkvicka, Frelin, Woerth, Dujardin, Dufrasse, Bieber, Merveille

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Coupe de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s