CDF 1936/1937 : Le FC Sochaux-Montbéliard se console

FC Sochaux 1936/1937

FC Sochaux-Montbéliard 1936/1937
Lalloué, Mattler, Hug, Gredy (Dir), Di Lorto, Lehmann, Szabo, Lauri, Abegglen, Courtois, Bradac, Williams

Retour sur la Coupe de France 1936/1937.

Trente-deuxièmes de finale : Une formalité pour la D1

Cette saison 1936/1937 marque la 20e édition d’une Coupe de France toujours plus attirante. Comme les deux années précédentes, les trente-deuxièmes de finale sont une formalité pour les clubs de l’élite, qui se qualifient tous sans exception. Le tenant du titre, le RC Paris, s’éclate contre le Stade Béthunois. Le Red Star et l’Olympique de Marseille, grands de la Coupe, passent aussi sans difficultés, respectivement contre l’US Normande (3-1) et le Club Deportivo Espanol (8-0). Finaliste l’an passé, le FCO Charleville, qui évolue toujours en D2, n’a pas non plus de mal à se défaire de l’ASPTT Paris (7-0).

Seizièmes de finale : Fives s’offre l’OM

En seizièmes de finale, le RC Paris poursuit sa route en éliminant sans trop de surprise Antibes (4-0). L’OM, lui, en revanche, quitte la Coupe en s’inclinant à Saint-Ouen contre le SC Fives (2-0). A Rennes, le Red Star, franchit le cap en battant le Stade Malherbe de Caen (3-1). Le choc de l’Hérault, entre anciens vainqueurs, tourne à l’avantage du FC Sète devant les SO Montpelliérains (3-1). Rouen se joue de l’Olympique Lillois (3-0) et l’AS Cannes du FC Metz (3-1). Charleville brille encore en battant l’AS Troyenne-Savinienne (3-1).

Huitèmes de finale : Roubaix bouté hors de la Coupe

En huitième de finale, le RC Paris se qualifie contre le Stade Rennais (1-0), le Red Star élimine le RC RC Lens (3-2) et le FC Rouen bat le SC Fives (4-2). Les deux clubs roubaisiens quittent la Coupe,  l’Excelsior battu par Strasbourg (0-2) et le RC Roubaix surpris par l’US Boulogne (3-1), équipe de D2. Charleville tombe devant Cannes (2-0). Sochaux élimine Sète (3-2) alors que l’Olympique de Dunkerque, équipe de D2, se qualifie au dépend du Stade de Reims (4-2), qui évolue également en D2.

Quarts de finale : Le gros coup de Boulogne

En quarts de finale, si Dunkerque est éliminé par Rouen (2-0), l’US Boulogne frappe un grand coup en s’offrant la tête du RC Paris (1-0), qui perd donc sa Coupe. Le Red Star n’ajoutera pas une cinquième Coupe à son palmarès puisque il tombe devant le RC Strasbourg (3-1). Enfin, après deux matchs, Sochaux vient à bout de l’AS Cannes (0-0 a.p., 3-1) et complète le dernier carré.

Demi-finales : Boulogne rend les armes

En demi-finale, l’US Boulogne est opposé à Paris au FC Sochaux-Montbéliard. Après avoir fait tomber trois équipes de D1, les Boulonnais ne rééditent pas l’exploit et subissent une défaite assez lourde (6-0) qui met fin à leur parcours. Cette victoire permet aux Sochaliens de se qualifier pour la première fois de leur histoire pour la finale de la Coupe. Dans la deuxième demi-finale, qui se tient à Lille, le RC Strasbourg bat le FC Rouen (3-1) et se qualifie lui aussi pour la première fois de son histoire pour la finale de la Coupe, alors que le club n’avait jamais dépassé les huitièmes de finale jusqu’à cette saison.

Finale : La belle consolation de Sochaux

Description de cette image, également commentée ci-après

Finale entre le FC Sochaux-Montbéliard et le RC Strasbourg

Pour cette vingtième finale de la Coupe, première entre deux clubs de l’Est, le FC Sochaux-Montbéliard, champion de France en 1935 et deuxième de D1 juste derrière l’OM cette saison, fait figure de favori avec sa formation truffée de vedettes d’origine étrangère (Szabo, Abegglen, Bradac, Williams, Lehmann, Courtois, Lauri). Mais les Sochaliens vont être mis en difficultés dans cette finale par une vaillante équipe strasbourgeoise, qui compte pour sa part cinq joueurs d’origine étrangère  dans ses rangs (Mayer, Schwartz, Humenberger, Hoffmann et Rohr). C’est d’ailleurs les Strasbourgeois qui ouvre le score à la 31e minute par Oskar Rorh. Grâce à Miguel Angel Lauri, Sochaux parvient à égaliser sept minutes après. La décision finale ne se fait quand toute fin de match (87e) et elle est l’oeuvre de Bernard Williams qui permet donc au FCSM de conquérir la première Coupe de France de son histoire et de se consoler après le titre de champion perdu au goal average contre l’OM. Pour célébrer cette victoire en Coupe de France, chaque joueur reçoit en récompense un coupé Peugeot 201.

– Composition des équipes finalistes de la Coupe de France 1936/1937 :

FC Sochaux-Montbéliard : Di Lorto, Lalloué, Mattler (cap.), Lehmann, Szabo, Hug, Lauri, Bradac, Courtois, Abegglen, Williams. Entraîneur : Conrad Ross

RC Strasbourg : Mayer, Lohr, Halter (cap.), Schwartz, Humenberger, Roessler, Keller, Hoffmann, Rohr, Heisserer, Waechter. Entraîneur : Josef Blum

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Coupe de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s