EDF – CDM 1930 : Une première très honorable

Retour sur le parcours de l’équipe de France à la Coupe du Monde 1930.

2297AC~1
L’équipe de France sur le bateau pour l’Uruguay

L’équipe de France participe à la Coupe du Monde organisée en Uruguay du 13 juillet au 30 juillet 1930, pourtant elle a longtemps hésité et n’a accepté l’invitation que le 19 mai, environ deux mois avant le début du tournoi. La participation de la France à cette première Coupe du Monde de l’histoire doit beaucoup à Jules Rimet, le président français de la FIFA, qui a poussé pour que les joueurs français fassent le long déplacement jusqu’en Uruguay.

Un trajet que les Français effectuent à bord du Conte Verde, un bateau italien de la Blue Star Line de 170 mètres de long et de 22 mètres de large, sur lequel Rimet est d’ailleurs présent avec le trophée, comme les sélections belges, roumaines et yougoslaves, autres nations européennes à participer à la compétition. Le voyage dure deux semaines et est notamment marqué par les séances physiques qu’effectuent les joueurs français pour s’entretenir.

Les joueurs de l’équipe de France sont accompagnés de Raoul Caudron et de Jean Rigal, deux des trois  membres du comité de sélection avec Maurice Delanche, et du soigneur Panosetti dans ce  le long déplacement. Le maganer technique, Gaston Barreau, qui travaille à l’Opéra de Paris, ne peut se défaire de ses obligations professionnelles pour une durée aussi longue causé par le voyage jusqu’en Uruguay. Edmond Delfour, le milieu de terrain, se charge de l’entretien physique.

La sélection française, composée de seize joueurs, est particulièrement jeune, avec une moyenne d’âge autour des 23 ans et 6 mois, et assez inexpérimentée au niveau international. La majorité des joueurs compte en effet moins de cinq sélections, et seuls deux joueurs ont déjà porté le maillot de l’équipe de France à plus de dix reprises (Alexis Thépot et le capitaine Alexandre Villaplane). De plus, le meilleur buteur de l’équipe, Marcel Pinel, n’a inscrit que deux buts en sélection.

Par tirage au sort, les treize équipes de la compétition sont réparties en trois groupes de trois et un groupe de quatre, dont seul le vainqueur de chaque groupe se qualifie pour les demi-finales. Après le tirage au sort, la France est placée dans le groupe 1 et hérite de l’Argentine, favori annoncé de la compétition avec l’Uruguay, du Chili et du Mexique.

  • , AugusPremier Tour : Eliminée mais une trace indélébile

Groupe 1 : France, Mexique, Argentine, Chili

France-Mexique (4-1)

Composition France : Thépot – Mattler, Capelle – Chantrel, Pinel, Villaplane (cap.) – Libérati, Delfour, Maschinot, Laurent, Langiller

Composition Mexique : Bonfiglio – Garza Gutierrez (cap.), Rosas – Amezcua, Sanchez, Rosas – Lopez, Ruiz, Mejia, Carreno, Pérez

Lucien_Laurent,_Marcel_Langiller,_1930
Lucien Laurent et Marcel Langiller

Pour ses grands débuts en Coupe du Monde, la France est opposée au Mexique pour l’un des deux matchs d’ouverture du tournoi, le 13 juillet 1930 à 15 heures, à l’Estadio Pocitos de Montevideo. La rencontre arbitrée par l’Uruguayen Domingo Lombarbi se joue devant 4 444 spectateurs.  La France s’aligne en 2-3-5 avec Alexis Thépot dans les buts, Marcel Capelle et Etienne Mattler en défense, Augustin Chantrel, Marcel Pinel et le capitaine Alexandre Villaplane au milieu, et Ernest Libérati, Edmond Delfour, André Maschinot, Lucien Laurent et Marcel Langiller en attaque.

 A la 19e minute de jeu, Lucien Laurent inscrit le tout premier but de l’histoire de la Coupe du Monde en reprenant de volée un centre d’Ernest Libérati. Un peu avant la demi-heure de jeu, le gardien Thépot se blesse et ne peut continuer la partie. Les remplacements n’existant pas, il doit céder sa place au milieu Chantrel. La France évolue du coup en infériorité numérique pendant plus d’une heure avec de surcroît un joueur de champ dans les buts, mais les Mexicains ne parviennent pas à renverser la tendance. Et au contraire, c’est les Français  qui parviennent à se détacher en ajoutant deux buts peu avant la mi-temps.

À la 40e minute de jeu, Mattler adresse une passe à l’ailier gauche Langiller, qui déborde, frappe et marque. Deux minutes plus tard, Maschinot porte l’écart à trois buts à la suite d’une passe de Delfour. A la 70e minute, le Mexicain Juan Carreno réduit la marque. La France parvient cependant à inscrire un quatrième but par Maschinot, qui réalise ainsi un doublé en reprenant un centre de la gauche de Langiller. La France s’impose donc par 4 buts à 1 et réussit brilamment sa première en Coupe du Monde.

France-Argentine (0-1)

Composition France : Thépot – Mattler, Capelle – Chantrel, Pinel, Villaplane (cap.) – Libérati, Delfour, Maschinot, Laurent, Langiller

Composition Argentine : Bossio, Della Torre, Muttis – J. Evaristo, Monti, Suarez – Perinetti, Varallo,  Ferreira (cap.), Cherro, M. Evaristo

Photo de l'équipe de France

France-Argentine

Deux jours après son entame réussit,  la France est opposée à l’Argentine, favorite du groupe et de la compétition, qui fait ses débuts dans le tournoi. Le match, arbitré par le Brésilien Gilberto de Almeida Rego se déroule à l’Estadio Gran Parque Central de Montevideo devant 23 409 spectateurs. La France aligne exactement la même équipe que lors du premier match. Le gardien Alexis Thépot, remis de sa blessure,  retrouve sa place dans les buts. Dans les tribunes, les spectateurs uruguayens soutiennent les Français, à cause de la rivalité opposant la sélection uruguayenne à la sélection argentine.

D’entrée de jeu, Lucien Laurent est sévèrement taclé à la cheville par le milieu argentin Luis Monti. La blessure de Thépot se réveille également en première période, mais les deux joueurs restent sur la pelouse, malgré qu’ils soient diminués pour le reste du match. Malgré sa blessure, Thépot est d’ailleurs décisif dans les buts français et préserve pendant longtemps les cages. Finalement, l’Argentine, au-dessus techniquement de la France, parvient à trouver la faille à dix minutes de la fin sur un coup franc de trente mètres de Monti, à la suite d’une faute de Marcel Capelle sur Evaristo.

Malgré ce but, la France n’abdique pas et et attaque pour égaliser. Mais l’arbitre de la rencontre, alors qu’il reste six minutes à jouer et que Langiller est en passe de frapper au but, siffle la fin du match. La colère s’empare des joueurs français et du public, qui envahit le terrain après le retrait des deux équipes. L’arbitre finit par reconnaitre son erreur et rappelle les joueurs.  Les deux équipes reviennent sur la pelouse pour jouer les dernières minutes du match, mais le score ne change pas, malgré un tir sur le poteau d’Edmond Delfour. Grâce à leur performance honorable et à cette fin de match épique, les Français sortent tout de même sous l’ovation des spectateurs uruguayens. Les Argentins, eux, protestent auprès de l’organisation à la suite de cet incident, menaçant même de se retirer de la compétition.

France-Chili (0-1)

Composition France : Thépot – Mattler, Capelle – Chantrel, Delmer, Villaplane (cap.) – Libérati, Delfour, Pinel, Veinante, Langiller

Composition Chili : Cortés – Chaparro, Riveros – A. Torres, Saavedra, C. Torres – Ojeda, Subiabre, Villalobos, Vidal, Schneeberger (cap.)

But de Subiabre lors de Chili-France

France-Chili

Malgré sa défaite contre l’Argentine, la France n’est pas encore éliminée. Elle doit battre le Chili et espérer une défaite des Argentins, à qui ils restent deux matchs à disputer contre le Chili  et le Mexique, pour avoir une chance d’arracher la première place et de se qualifier. Vainqueur du Mexique (3-0), le Chili peut lui aussi se qualifier. Le match se déroule au Stade Centenario de Montevideo le 19 juillet à 12h50. Seulement 2 000 spectacteurs assistent à la rencontre. Raoul Caudron, le sélectionneur, opère deux changements dans son équipe. Le demi-centre Marcel Pinel passe avant-centre à la place d’André Maschinot, et Célestin Delmer prend le poste de demi-centre. Emile Veinante, lui, remplace Lucien Laurent au poste d’inter-gauche.

La rencontre est équilibrée. A la demi-heure de jeu, le Chili obtient un pénalty mais Alexis Thépot arrête le tir de Guillermo Saavedra, devenant ainsi le premier gardien de l’histoire de la Coupe du monde à arrêter un penalty. A l’heure de jeu, le Chili parvient néanmoins à ouvrir le score par Guillermo Subiabre, qui marque de la tête. Dans la dernière demi-heure de jeu, la France ne parvient pas à égaliser et est donc éliminée. Dans la foulée, l’Argentine bat le Mexique (6-3) puis trois jours plus tard le Chili (3-1),  les Français terminent finalement troisièmes du groupe avec une victoire et deux défaites, en ayant inscrit quatre buts pour trois encaissés.

Un bilan encourageant

Malgré cette élimination lors du premier tour de la phase de groupe, l’équipe de France a été capable de tenir tête à l’Argentine, une formation techniquement et tactiquement supérieure, et futur finaliste de la compétition. De plus, le but de Lucien Laurent contre le Mexique, le premier de l’histoire de la Coupe du Monde, laisse une trace tout particulière dans les annales du football.

Les 16 joueurs français sélectionnés pour la Coupe du Monde 1930 :

Gardiens : André Tassin, Alexis Thépot

Défenseurs : Numa Andoire, Marcel Capelle, Etienne Mattler

Milieux : Augustin Chantrel, Célestin Delmer, Jean Laurent, Marcel Pinel,Alexandre Villaplane

Attaquants : Edmond Delfour, Marcel Langiller, Lucien Laurent, Ernest Libérati, André Maschinot, Emile Veinante

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Équipe de France en Coupe du Monde. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s