EDF 1936/1937 : Des Bleus peu reluisants

Retour sur la saison 1936/1937 de l’équipe de France.

France / Yougoslavie (1-0)

Composition France : Défossé – Vandooren (cap.), Beaucourt, André, Gauteroux – Méresse, Aston, Duhart – Courtois, Heisserer, F. Keller

Fritz Keller

Après avoir affrontée la Belgique au mois de mars, l’équipe de France ne reprend du service qu’au mois de décembre, le 13, pour affronter la Yougoslavie au Parc des Princes. Entre temps,  Gaston Barreau est devenu sélectionneur unique le 6 mai, le Comité de sélection a été supprimé et Kimpton écarté. La FIFA a interdit les remplacements même en match amical (sauf pour le gardien). La France ne joue pas le WM mais est disposée en 4-3-3 avec les demis-ailes André et Méresse qui marquent les ailiers adverses, Vandooren et Beaucourt qui chargent les deux avants-centre Marjanovic et Sekulic tandis que Gauteroux joue demi-centre d’attaque (contre le meneur de jeu Tomasevic) sur la même ligne que Duhart et le relayeur Heisserer.

La France ouvre la marque à la 19e minute de jeu sur un coup franc de 25 mètres tiré à ras de terre par Fritz Keller. Ce but est finalement l’unique but de la rencontre et permet donc aux Bleus de s’imposer (1-0) et de signer une deuxième victoire consécutive après le succès contre la Belgique.

France / Autriche (1-2)

Composition France : Llense – Dupuis, Diagne, Payen, Gabrillargues – André, Novicki, Rio – Nicolas (cap.), Janin, Antoinette

Un mois après sa victoire contre la Yougoslavie, la France retrouve le Parc des Princes pour y affronter, le 24 janvier 1937, l’Autriche. La France pratique à nouveau un WM aménagé avec une défense à 4 arrières : Gabrillargues surveille Binder, mais est couvert épisodiquement par l’arrière gauche Diagne, André surveille le meneur de jeu avancé Stroh et couvre Diagne lorsque celui-ci se rabat au centre. Le milieu se compose de deux relayeurs (Payen à droite et Janin à gauche) et du meneur de jeu Rio.

L’Autriche ouvre à la marque à la 39e minute, sur un pénalty de Stroh. Les Bleus égalisent trois minutes après par l’intermédiaire d’Edmond Novicki, qui dévie un tir non cadré de Janin. Malheureusement, en fin de match, Binder redonne l’avantage à l’Autriche, un avantage qui se veut définitif (1-2). L’année 1937 commence donc par une défaite pour l’équipe de France.

Belgique / France (3-1)

Composition France : Llense – Dupuis, Diagne, Payen – Bourbotte, André – F. Keller, Rio (cap.) – Courtois, Duhart, Antoinette

Un mois après sa défaite contre l’Autriche, le 21 février 1937, la France est en déplacement au Heysel de Bruxelles pour y affronter la Belgique. La France joue le WM avec Bourbotte reconverti en stoppeur sur Voorhoof, Payen qui surveille le meneur de jeu Braine alors que Rio et Duhart évolue en retrait en position de demis-offensifs.

Les Bleus commencent bien la rencontre et ouvrent la marque grâce à Roger Rio, qui reprend, à la 12e minute, un centre de Bernard Antoinette en l’envoyant dans la lucarne. Mais les Bleus ne tiennent pas cette avance. Braine égalise à la 43e minute. En deuxième mi-temps, Ceuleers donne l’avantage aux Belges (65e). A la 78e minute, Van den Eynde enfonce le clou et inscrit un troisième but pour la Belgique. Pour la deuxième fois consécutive, les Français s’inclinent (3-1).

Allemagne / France (4-0)

Composition France : Di Lorto – Dupuis, Diagne, Payen – Bourbotte, Delfour (cap.) – Bigot, Rio – Nicolas, Ignace, F. Keller

Le 21 mars 1937, la France est en déplacement à Stuttgart pour affronter l’Allemagne au stade Adolf Hitler. La France continue de pratiquer le WM, Payen marque de nouveau le meneur de jeu adverse (Szepan) qui opère en position de demi-centre offensif, Ignace évolue en soutien d’attaque. Mais les Bleus connaissent un match très compliqué. Lehner ouvre la marque à la 26e minute pour l’Allemagne. A la 31e minute, Urban double la mise. Ce même Urban s’offre un doublé à la 76e minute en inscrivant le troisième but allemand. La messe estdite pour les Français qui encaissent même un quatrième but par Lenz (87e) et subissent ainsi une lourde défaite (4-0).

France / Irlande (0-2)

Composition France : Di Lorto – Ben Bouali, Diagne, Bourbotte – Meuris, Delfour (cap.) – Lauri, Ignace – Courtois, Frutoso, Aston

téléchargement (3)

Michel Lauri

Le 23 mai 1937, deux mois après la défaite cinglante contre l’Allemagne, les Bleus retrouvent une pelouse française, celle du Stade Olympique de Colombes pour y affronter l’Irlande. Michel Lauri, international argentin en 1935, est réintégré dans la nationalité française (pour raccourcir les délais réglementaires de résidence imposés par la FIFA). La France continue de pratiquer le WM avec un stoppeur, Meuris, qui marque strictement l’avant centre J. Dunne. Malgré le fait de jouer à domicile et devant ses supporters, les Bleus ne parviennent pas à retrouver le chemin de la victoire et concèdent une quatrième défaite de rang (0-2). Jordan (51e) et Brown (58e) sont les deux buteurs irlandais. La saison 1936/1937 de l’équipe de France s’achève sur cette nouvelle défaite et conclut une saison peu reluisante.

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Équipe de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s