D1 1938/1939 : Une deuxième couronne pour le FC Sète

sete1939

FC Sète 1938/1939
Laurent, Balmanya, Mercier, Franquès, Bertrand, Schmitt, Marmiès (Entr)
Brusseaux, Escola, Koranyi, Danzelle, Pellegrino

Parmi les seize équipes engagées en Division 1 lors de la saison 1938/1939, l’Olympique Lillois est celle qui effectue le meilleur départ en remportant ces quatre premières rencontres de championnat et en ne connaissant sa première défaite qu’à la neuvième journée, battu par l’AS Saint-Etienne (2-0), un promu séduisant.

Lille marque le pas, Sète en profite

Après dix matchs, Lille est donc en tête avec deux points d’avance sur le FC Sète et l’Olympique de Marseille. Les Lillois vont commencer à faiblir juste avant la mi-parcours en perdant au SC Fives (3-1) et contre Marseille (0-1). Du coup, le FC Sète en profite pour prendre la tête après quinze journées grâce à sa victoire contre le FC Rouen (2-0) et un meilleur goal average sur le SC Fives et l’Olympique Lillois.

Dès lors, le FC Sète enchaine quatre victoires consécutives qui lui permettent de tenir la tête. Mais défaits sur la pelouse du Racing Paris (3-0), les Sétois voient la concurrence revenir sur ses talons. Lille n’est qu’à un point, le RC Paris à deux et Marseille à trois points. La lutte est serrée. Le Racing marque les esprits la journée suivante en s’imposant à Lille (0-2) et prend la deuxième place. Il profite de la défaite du FC Sète à Lille (1-0) pour recoller. Lille n’est qu’à un point du duo, Marseille à deux points et l’AS Saint Etienne est revenu à trois points alors qu’ils restent huit rencontres à disputer.

Une intense lutte

Tout se resserre encore plus la journée suivante avec la défaite de Sète à Saint Etienne (3-1). Le Racing, accroché par le RC Roubaix (1-1), ne prend qu’un point d’avance. Les cinq équipes se tiennent en deux points. Le Racing perd à Metz (3-0) et voit  Sète, vainqueur du Havre (3-2) repasser devant. Le Racing perd pied à l’Excelsior Roubaix (6-2) mais garde espoir grâce à la victoire de Marseille à Sète (1-2) dans le choc de la vingt-sixième journée. Sète et Marseille sont au coude à coude. Le RC Paris est à un point. Lille et Saint-Etienne sont respectivement à trois et quatre points et trop loin. A trois journées de la fin, le Racing est le premier à craquer à Sochaux (1-0). Le titre se joue dans les deux dernières journées entre le FC Sète et l’Olympique de Marseille, comme en 1934 où Sète avait finalement été sacré champion.

Sète égale Sochaux

Sète gagne contre le FC Sochaux-Montbéliard (2-1), le champion en titre qui finit sixième, et prend deux points d’avance sur l’OM qui craque au Havre (2-0). Les hommes de Jean Marmies ont toutes les cartes en main pour être sacrés. Ils ne se font pas prier en allant s’imposer à Rouen (0-1) lors de la dernière journée et ainsi décrocher le second titre de champion de France de l’histoire du FC Sète. Ils finissent avec deux points d’avance sur l’OM et quatre sur le RC Paris. Dans le bas du tableau, le FC Antibes et le RC Roubaix terminent aux deux dernières places et sont rétrogradés en deuxième division, alors que le Red Star (relégué la saison passée) et le Stade Rennais (relégué en 1937) retrouvent les joies de l’élite.

Avec 27 buts, l’attaquant Sétois Désiré Koranyi a été décisif dans le titre de son club. Il termine co-meilleur buteur du championnat avec le Sochalien Roger Courtois. Pour décrocher le titre, Jean Marmies a beaucoup utilisé les deux espagnols, arrivés du FC Barcelone en 1937, Domenec Balmanya et Josep Escola. Les internationaux français Michel Brusseaux, François Mercier et Roland Schmitt ont aussi joué un grand rôle. Marmies a également pu s’appuyer sur des garçons du cru : René Franquès, Pierre Danzelle, Roger Bertrand et Kouider Daho.

Classement final :

Rang Equipes Pts J G N P BP BC MOY
1 FC Sète 42 30 19 4 7 65 36 1,806
2 Olympique de Marseille 40 30 18 4 8 56 34 1,647
3 RC Paris 38 30 15 8 7 58 43 1,349
4 AS Saint-Etienne 35 30 14 7 9 46 30 1,533
5 Olympique Lillois 34 30 14 6 10 42 38 1,105
6 FC Sochaux-Montbéliard 32 30 14 4 12 65 39 1,667
7 RC Lens 31 30 11 9 10 51 42 1,214
8 FC Metz 31 30 12 7 11 49 46 1,065
9 SC Fives 31 30 13 5 12 57 54 1,056
10 RC Strasbourg 28 30 10 8 12 39 43 0,907
11 Le Havre AC 28 30 11 6 13 48 59 0,814
12 AS Cannes 27 30 11 5 14 47 62 0,758
13 EAC Roubaix 24 30 8 8 14 60 71 0,845
14 FC Rouen 21 30 6 9 15 31 48 0,646
15 FC Antibes 21 30 6 9 15 21 54 0,389
16 RC Roubaix 17 30 4 9 17 31 67 0,463

Les champions de France 1939 :

Domenec Balmanya (28 matchs /1 but)

Roger Bertrand (5 matchs)

Michel Brusseaux (30 matchs / 8 buts)

Maurice Charles (6 matchs)

Albert Clarenc (4 matchs /1 but)

Kouider Daho (4 matchs)

Pierre Danzelle (30 matchs / 8 buts)

Fernand Darmon (6 matchs)

Josep Escola (18 matchs /7 buts)

Joseph François (23 matchs)

René Franquès (25 matchs)

Désiré Koranyi (29 matchs / 27 buts)

Charlie Laurent (29 matchs / 1 but)

François Mercier (27 matchs)

Roger Pellegrino (25 matchs / 11 buts)

Ahmed Salhi (4 matchs)

Roland Schmitt (27 matchs)

Roger Simon (2 matchs)

Camille Teissonnier (5 matchs / 1 but)

Antoine Vassas (3 matchs)

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Championnat de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s