CDF 1941/1942 : Le Red Star rejoint Marseille

Red Star 1941/1942

Red Star 1941/1942
Herrera, Meuris, Sergent, Braun, Roessler, Aston, Simonyi, Bersoullé, Darui, Joncourt, Vandevelde

Retour sur la Coupe de France 1941/1942.

Comme lors des deux saisons précédentes, la Coupe est touchée par la guerre. La France est découpée en zones d’occupations (zone occupée et zone interdite) et en une zone libre. La complexité d’organiser des matchs de football est toujours très présente. A l’instar de la saison dernière, chaque zone organise son tournoi et envoie son vainqueur disputer une finale contre celui de l’autre zone. Les clubs sont encore très affaiblis par la présence de nombreux joueurs au front.

Huitièmes de finale : Fives et Marseille quittent la Coupe

Comme principal résultat, il faut noter l’élimination de l’Olympique de Marseille, club le plus titré de la Coupe. Les Marseillais sont éliminés par Monaco (3-2). Finaliste l’an passé, le SC Fives s’incline devant l’US Valenciennes-Anzin (2-1). Le RC Roubaix chute aussi en huitième de finale contre l’OIC Lillois après … quatre matchs (1-1, 1-1, 2-2, 4-2). Sochaux-Montbéliard, victime du RCFC Besançon (1-0), le CA Paris devant le CA Montreuil (3-2), le Stade Français contre le RC Paris (4-2) ou encore le Stade Rennais devant l’US du Mans (2-1) quittent aussi la Coupe en huitième.

Quarts de finale : Le RC Paris et Rouen éliminés à leur tour

En quarts de finale, les Girondins ASP Bordeaux, tenants du titre, éliminent l’US du Mans (4-2). Le Red Star se joue du FC Rouen (4-1). Le RC Paris tombe devant l’US Quevilly (1-0). Sète élimine Nîmes (1-0), Montpellier dispose de Monaco (4-1), Lens sort Valenciennes (2-1), Cannes bat Alès (2-1) et Reims corrige le CA Montreuil (5-0).

Demi-finales : Les revanches de Sète et du Red Star

Eliminé l’an passé en finale de la zone occupée par Bordeaux, le Red Star prend sa revanche en faisant vaciller le tenant (2-1). Vainqueur de l’US Quevilly (1-0), le Stade de Reims rejoint le Red Star en finale de la zone occupée. En zone libre, Le FC Sète prend aussi sa revanche de la saison dernière en battant le Toulouse FC (3-0) qui l’avait éliminé l’an passé en quart de finale. Vainqueur de Montpellier (3-1), Cannes gagne sa place en finale de la zone libre. En zone interdite, c’est Lens et l’OIC Lillois qui tirent leur épingle du jeu en disposant respectivement de l’US Bruaysienne (4-1) et du RCFC Besançon (3-2).

Finales de zone : Le Red Star, Sète et Lens au rendez-vous

En zone occupée, la finale sourit au Red Star qui bat le Stade de Reims (1-0). En zone libre, c’est Sète qui triomphe devant Cannes (2-1). En zone interdite, Lens fait chuter l’OIC Lillois (3-1).

Finale(s) : Le Red Star rejoint Marseille

Contrairement à la saison dernière, le bureau fédéral décide pour décerner la Coupe sans les aléas rencontrés en 1941, de d’abord faire rencontrer le vainqueur de la zone occupée contre le vainqueur de la zone interdite avant d’envoyer le gagnant contre le vainqueur de la zone libre.

La première finale oppose donc le Red Star au RC Lens. Après un premier match conclu sur un score nul (1-1), le Red Star dispose des Lensois (5-2) et se qualifie pour la « vraie » finale contre le FC Sète.

La deuxième finale se déroule le 17 mai 1942 à Colombes et oppose deux clubs qui se sont déjà rencontrés en finale de la Coupe en 1923. C’est la cinquième finale de Coupe pour le Red Star, qui a remporté ses quatre premières et qui a l’occasion de rejoindre l’OM au nombre de Coupe de France remporté. Pour le FC Sète, c’est la sixième fois que le club se présente en finale. Les Sétois ont remporté deux fois la Coupe en 1930 et 1934. Adepte du WM, le Red Star ne déroge pas à son habitude pour cette finale. Braun évolue au poste de stoppeur et Simonyi en meneur derrière Bersoullé. Le FC Sète ne joue pas le WM mais pratique une défense très serrée et joue le hors-jeu (Aston se fait d’ailleurs prendre au piège à plusieurs reprises). En raison des forfaits des défenseurs Mercier, Pruss et Tomazover, l’ailier Robisco est déplacé demi-aile et Lucien Leduc (attaquant en théorie) demi-centre). Dans cette 25e finale de la Coupe de France, il faut attendre cinq minutes après le début de la seconde période (45e) pour voir le Red Star ouvrir le score par téléchargementl’intermédiaire de Vandevelde. Au bout d’une course folle de presque 50 mètrès après laquelle il dribble le gardien sétois, Aston double la mise (72e) et permet au Red Star d’acquérir un succès définitif (2-0). Grâce notamment au brio du duo Aston-Simonyi et à son gardien de but Darui, le Red Star soulève pour la cinquième fois la Coupe, rejoignant ainsi au palmarès de l’épreuve l’Olympique de Marseille.

 – Composition des équipes finalistes de la Coupe de France 1942 :

Red Star : Darui – Herrera, Roessler – Meuris (cap.), Braun, Sergent – Aston, Simonyi, Bersoullé, Joncourt, Vandevelde

FC Sète : Erévanian – Mathieu, Franquès (cap.) – Robisco, Leduc, Laurent – Laïd, Novicki, Koranyi, Danzelle, Miramond – Entraîneur : Ely Rous

La finale de la Coupe de France 1942 :

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Coupe de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s