CDF 1942/1943 : L’OM enlève une sixième Coupe

Olympique Marseille 1942/1943

Olympique Marseille 1942/1943
Veneziano, Bastien, Olej, Delachet, Gonzales, Patrone, Dard, Scotti, Aznar, Robin, Pironti, Blanc (Adj)

Retour sur la Coupe de France 1942/1943.

Depuis trois ans, la France est touchée par la guerre et découpée en zones d’occupations. La Coupe continue de faire face à cette situation et organise à nouveau pour chaque zone un tournoi.

Huitièmes de finale : Le Red Star, Marseille, Sète et Bordeaux avancent

En zone occupée, le tenant du titre, le Red Star écarte sans problème son voisin du CA Montreuil (7-0). Vainqueurs en 1941, les Girondins ASP n’ont pas non plus de difficultés à se défaire de Saint-Nazaire (4-0). Le RC France élimine l’AS Troyes Savinienne (2-1) et le Stade CA Paris dispose de Reims (3-2).

En zone libre, l’Olympique de Marseille est sérieux devant Nice (1-0), comme Sète, finaliste l’an passé, devant Cazères (1-0). L’USO Montpellier s’éclate contre le CA Gombertois (8-0). Ca passe aussi pour Saint-Etienne devant Annecy (6-0), pour Nîmes contre Cannes (2-1) et pour Avignon contre Lyon  OU (3-2).

En zone interdite, Fives dispose de Charleville (3-1) et Sochaux élimine Besançon (1-0). Les deux clubs de Roubaix se qualifient également pour les quarts de finale. L’Excelsior bat Bruay (4-1) et le Racing fait chuter Auchel (2-3). Vainqueur en seizième de finale de l’équipe d’Auby Asturies sur le score record de 32 à 0 dont 16 buts marqués par l’avant-centre Stephan Dembicki, le RC Lens poursuit sa route en battant l’équipe de Bully (1-1, 9-0).

Quarts de finale : Les derbys sourient aux Girondins, au Stade CAP et à Rouen

Les quarts de finale de la zone occupée sont marqués par les derbys. Le derby bordelais entre les Girondins ASP et Bordeaux EC tourne à l’avantage des Girondins qui s’imposent par 6 buts à 2. Celui de Paris, entre le Stade CA Paris et le Racing sourit au Stade CAP qui s’impose 2 à 0. Celui de Normandie profite à Rouen qui bat Le Havre (2-1). Le Red Star , vainqueur du Mans (4-0) complète le dernier carré de cette zone occupée.

En zone libre, Marseille s’offre Avignon (4-2) et Nîmes fait tomber le FC Sète (1-0). Saint-Etienne tombe devant Perpignan (2-0) et Brive bat Montpellier en deux temps (0-0, 5-3).

En zone interdite, Fives cède devant Lens (4-2). Sochaux élimine le RC Roubaix (2-1). L’Excelsior AC Roubaix n’a pas de soucis devant l’AC Mohonnais (5-1). L’OIC Lille dipose enfin de Homécourt (5-3).

Demi-finales : Les Girondins ASP font chute le Red Star 

En zone occupée, la première demi-finale met aux prises les deux derniers vainqueurs de la Coupe, le Red Star et les Girondins ASP. Battu 2 buts à 1, le Red Star perd sa Coupe. Dans la deuxième demi-finale, le Stade CAP brille devant le FC Rouen (4-0).

En zone libre, l’Olympique de Marseille est solide devant Nîmes (3-0) et l’USA Perpignan dispose de l’ESA Brive (4-1).

En zone interdite, le RC Lens corrige le FC Sochaux-Valentigney (5-0) et l’OIC Lille fait éclater l’Excelsior AC Roubaix (4-1).

Finale (s) : L’OM établit un nouveau record 

Les finales de zone ont lieu le 3 avril 1943.

En zone occupée, les Girondins ASP et le Stade CAP n’arrivent pas à se départager (0-0). Ils se retrouvent le 18 avril 1943. Cette fois, les Girondins font vaciller les Parisiens (6-3). En zone libre, l’Olympique de Marseille ne fait pas de détails et s’impose sans sourciller devant l’USA Perpignan, 3-0. En zone interdite, c’est le RC Lens qui obtient son billet pour la finale entre inter-zones en battant par 2 buts à 0, l’OIC Lillois.

La  première finale inter-zones oppose les Girondins ASP au RC Lens. Elle a lieu le 2 mai 1943. Par deux buts à 1, les Girondins ASP s’imposent et éliminent les Lensois.

La finale de la Coupe de France 1942/1943 oppose donc l’Olympique de Marseille aux Girondins ASP. Déjà vainqueur à cinq reprises de la Coupe, record partagé avec le Red Star, l’OM se retrouve pour la huitième fois de son histoire en finale. Pour les Girondins, vainqueurs en 1941, c’est la deuxième fois qu’ils prennent part à la finale.

La finale se déroule le 9 mai 1943 au stade Yves-du-Manoir de Colombes. L’OM aligne cinq joueurs amateurs (Delachet, Veneziano, Scotti, Robin et Pironti) tandis que les Girondins se contentent des quatre réglementaires (Normand, Rolland, Persillon et Arnaudeau). Les deux équipes ont le même système de jeu, avec un demi-centre d’attaque et trois avants de pointe. Par le biais de Félix Pironti, les Marseillais ouvrent très rapidement le score (4e). L’OM fait le break en début de seconde période grâce à un but de Jean Robin (55e). Mais grâce à un but contre son camp de Paul Patrone (56e) puis un but de René Persillon (82e), les Girondins parviennent à égaliser et à arracher une deuxième finale.

Cependant, à la suite d’une réclamation marseillaise, la Commission des Statuts et Règlements affecte, le 17 mai,  la Coupe à l’OM et donne match perdu aux Girondins car Ahmed Nemeur, bien que muté d’office par la Fédération du HAC aux Girondins le 22 juillet 1942, n’est pas qualifié pour la Coupe (son contrat n’a été enregistré que le 12 octobre, soit trois semaines après la date limite). Mais le lendemain, cette décision est cassée par le Colonel Pascot qui estime que le résultat final d’une épreuve sportive ne peut être acquis que sur le terrain et non pas sur tapis vert. Le match doit donc rejoué, mais sans Nemeur.

téléchargementLa seconde finale (c’est la deuxième fois qu’une finale se rejoue après celle de 1925) se déroule le 22 mai 1943, toujours au stade Yves-du-Manoir de Colombes. Les Marseillais ouvrent le score à la 32e minute par leur capitaine Emmanuel Aznar. Par Georges Dard, l’OM double la mise à la 56e minute. Cette fois, les Girondins ne parviennent pas à revenir et au contraire, l’OM enfonce le clou. Aznar inscrit un deuxième but personnel et un troisième but collectif à la 62e minute. Dard y va aussi de son doublé à la 78e qui conclut cette deuxième finale par une victoire 4 à 0 de l’OM.

 – Composition des équipes finalistes de la Coupe de France 1942/1943 :

Première finale :

Olympique de Marseille : Delachet – Patrone, Gonzales – Veneziano, Bastien, Olejniczak – Dard, Scotti, Aznar (cap.), Robin, Pironti – Entraîneur : Joseph Gonzales

Girondins ASP : Gérard (cap.) – Homar, Normand – Ben Ali, Mateo, Ben Arab – Rolland, Nemeur, Urtizberea, Persillon, Arnaudeau – Entraîneur : Santiago Urtizberea

Seconde finale :

Olympique de Marseille : Delachet – Patrone, Gonzales – Veneziano, Bastien, Olejniczak – Dard, Scotti, Aznar (cap.), Robin, Pironti – Entraîneur : Joseph Gonzales

Girondins ASP : Gérard (cap.) – Homar, Normand – Ben Ali, Mateo, Ben Arab – Rolland,  Persillon, Urtizberea, Pruvot,  Arnaudeau – Entraîneur : Santiago Urtizberea

La finale de la Coupe de France 1943 :

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Coupe de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s