D1 1945/1946 : Lille OSC, la machine de guerre

De 1939 à 1945, la France du football est handicapée par la guerre. Les combats, le gouvernement de Vichy, les bombardements puis le désordre des premiers mois suivant la libération gênent la mise en place d’un championnat digne de ce nom. Des championnats de guerre ont cependant lieu. La compétition se déroule par zones géographiques et couronnent des champions, quand les compétitions peuvent s’achever. Ces titres ne figurent cependant pas au palmarès de la compétition ni à celui des clubs.

lille1946

Lille OSC 1945/1946
Berry (Entr), Bourbotte, Jadrejak, Prévost, Somerlinck, Carré, Hatz, Grimonpon, Vandooren, Baratte, Bihel, Tempowski, Lechantre

La réfonte de la D1 à l’ordre du jour

A l’été 1945, avant la reprise officielle du Championnat, la réfonte de la Division 1 est la priorité de la fédération. Des clubs ont fusionné pendant la guerre. C’est le cas de l’Olympique Lillois et du SC Fives au sein du Lille OSC mais aussi des deux clubs de Roubaix (le Racing  et l’Excelsior) avec l’US Tourcoing pour former le CO Roubaix-Tourcoing. Des places sont donc vacantes surtout que le championnat est élargi à dix-huit clubs.  La fédération s’appuie sur les résultats du dernier championnat pour admettre les clubs de Lyon OU, des Girondins de Bordeaux et du Stade de Reims. Le Red Star et le Stade Rennais réintègrent également l’élite. Le championnat peut enfin reprendre.

Saint-Etienne en tête à mi-parcours

Dès le début de saison, Lille se dégage en tête en remportant ses quatre premières rencontres. Après onze journées et un nul au CO Roubaix-Tourcoing (1-1), Lille cède la tête à Saint-Etienne. Mais les Verts s’inclinent lourdement à Lens (6-1), qui truste aussi le haut du tableau, et Lille reprend la pôle. Mais le LOSC craque à nouveau, défait à Rouen (2-1) et l’ASSE en profite et enchaine bien. A mi-parcours, Saint-Etienne est en tête avec deux points d’avance sur Lille et trois sur le RC Lens.

Quand Saint-Etienne perd à Rouen (2-1), le LOSC en profite instantanément. En enchainant cinq victoires consécutives, Lille fait un peu le trou. Mais en subissant deux défaites, contre le Stade Rennais (2-5) et sur la pelouse du  RC Paris (2-1), les Lillois voient Lens et Saint-Etienne revenir à deux points. Le choc à venir entre Lille et Saint-Etienne prend alors une importance capitale.

Le LOSC corrige l’ASSE

Lille inflige une déroute aux Stéphanois (8-0) et devient le grand favori. Pourtant, le LOSC commence à marquer le pas dans le sprint final et voit Saint-Etienne (désormais son seul rival puisque le RC Lens a subi trois défaites consécutives), recoller et même reprendre la tête à quatre journées de la fin. Lors de la 32e journée, le RC Paris donne un coup de pouce au LOSC en battant l’ASSE (4-1). La lutte est intense entre Lillois et Stéphanois. A deux journées de la fin, Lille a 1 point d’avance sur Saint-Etienne. Lille est accroché à Reims (1-1), qui finit quatrième, mais Saint-Etienne ne gagne pas non plus chez son voisin lyonnais (3-3), qui sera pourtant relégué avec Sochaux, triste dernier. Le LOSC a les cartes en main pour finir champion.

Le triomphe du LOSC

Grâce à sa victoire contre le Red Star (3-1), le LOSC décroche officiellement son premier titre de champion. Saint-Etienne échoue à 1 point. Emmené par George Berry et présidé par Louis Henno, le LOSC réalise un fabuleux doublé en remportant la finale de la Coupe de France à Colombes face au Red Star (4-2) grâce à un doublé de Roger Vandooren  et des buts de Bolek Tempowski et René Bihel, le meilleur buteur du championnat avec 28 réalisations. C’est donc une magnifique saison qui se conclut pour Baratte, Bourbotte, Lechantre, Prévost et compagnie, qui n’ont rien laissé à leurs adversaires, permettant ainsi au LOSC de devenir une « machine de guerre », nouveau surnom affublé au club et à cette équipe triomphante.

L’équipe type du Lille OSC 1945/1946 : Hatz – Jadrejak, Prévost – Sommerlinck – Bourbotte (cap.), Carré – Baratte, Tempowski – Vandooren, Bihel, Lechantre.

Classement final :

Rang

Équipe PTS J G N P BP BC MOY

1

Lille OSC 45 34 19 7 8 89 44 2,023

2

AS Saint-Etienne 44 34 20 4 10 86 68 1,265

3

CO Roubaix-Tourcoing 41 34 15 11 8 60 38 1,579
4 Stade de Reims 40 34 15 10 9 68 48 1,417
5 Stade Rennais 37 34 13 11 10 57 52 1,096
6 RC Lens 36 34 14 8 12 72 57 1,263
7 FC Rouen 36 34 14 8 12 53 47 1,128
8 RC Paris 35 34 16 3 15 56 52 1,077
9 Olympique de Marseille 34 34 12 10 12 70 65 1,077
10 AS Cannes 34 34 12 10 12 52 56 0,929
11 Red Star 33 34 12 9 13 63 60 1,05
12 RC Strasbourg 33 34 13 7 14 53 62 0,855
13 FC Sète 32 34 13 6 15 63 65 0,969
14 Girondins de Bordeaux 31 34 11 9 14 65 66 0,985
15 Lyon OU 31 34 11 9 14 52 78 0,667
16 Le Havre AC 30 34 13 4 17 48 68 0,706
17 FC Metz 25 34 10 5 19 40 77 0,519
18 FC Sochaux-Montbéliard 15 34 4 7 23 35 79 0,443

Les champions de France 1946 :

Jean Baratte (30 matchs / 19 buts)

René Bihel (26 matchs / 28 buts)

Jules Bigot (10 matchs)

François Bourbotte (34 matchs)

Roger Carré (20 matchs)

Marcel Dietrich (1 match)

Albert Dubreucq (4 matchs)

Jacques Grimonpon (8 matchs)

Georges Hatz (21 matchs)

Joseph Jadrejak (26 matchs)

Jean-Jacques Kretzschmar (8 matchs / 3 buts)

Roger Lacaze (5 matchs / 2 buts)

Jean Lechantre (33 matchs / 9 buts)

Jean Mathieu (2 matchs)

Emilien Méresse (4 matchs)

Jean-Marie Prévost (31 matchs / 1 but)

Casimir Stéfaniak (13 matchs)

Marceau Somerlinck (26 matchs / 1 but)

Bolek Tempowski (21 matchs / 17 buts)

Henri Tessier (24 matchs / 6 buts)

Roger Vandooren (12 matchs / 3 buts)

Maïk Walter (2 match)

Félix Witkowski (13 matchs)

Entraineur : George Berry

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Championnat de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s