CDF 1945/1946 : Le LOSC tient sa première Coupe

lille1946

Lille OSC 1945/1946
Berry (Entr), Bourbotte, Jadrejak, Prévost, Somerlinck, Carré, Hatz, Grimonpon, Vandooren, Baratte, Bihel, Tempowski, Lechantre

Retour sur la Coupe de France 1945/1946.

Trente-deuxièmes de finale : Le CO Roubaix-Tourcoing, le Stade de Reims et le FC Metz prennent la sortie 

Sur les 18 clubs de première division, 17 sont présents lors de ces trente-deuxièmes de finale. Seul manquant à l’appel, l’AS Saint-Etienne, battu au tour précédent par Annemasse (1-0).

Tenant du titre, le RC Paris s’impose devant l’US Ruch de Carvin (4-2). Finaliste malheureux la saison dernière, le LOSC élimine l’AS Raismes (3-0). Détenteurs du plus grands nombres de trophées (6), l’Olympique de Marseille brille devant l’AS Monaco (6-1). Le Red Star passe aussi devant l’US Tourcoing (‘6-2). D’autres anciens vainqueurs de la Coupe se qualifient aussi : c’est le cas de Bordeaux devant Niort (2-1), de Sète face à Béziers (6-1), de Sochaux contre Mulhouse (2-0) et de Cannes devant Avignon (5-2).

Rennes (3-1 contre l’AS Parisienne du Cinéma), Lens (5-0 contre Auchel), Lyon (2-0 devant Nice), Strasbourg (2-1 face à Besançon), Rouen (2-0 contre l’AS Amicale) et Le Havre (2-0 devant Paris UC) se qualifient également pour les seizièmes de finale. Trois clubs de l’élite se font surprendre lors de ce tour : le CO Roubaix-Tourcoing par Le Vésinet (2-1), le Stade de Reims par l’Arago Sports Orléanais (2-1) et le FC Metz par Colmar (1-0).

Seizièmes de finale : Le Vésinet et Colmar refont le coup

Les seizièmes de finale marquent les premières confrontations entre équipes de D1. Ainsi, Rouen élimine Lens (2-0) et Marseille sort Le Havre après deux matchs (2-2, 1-0). Déjà tombeurs d’une D1 au tour précédent, Le Vésinet et Colmar refont le coup en sortant respectivement Rennes (2-1) et Strasbourg (3-2).

Poussé à jouer un replay, le RC Paris ne lâche pas sa Coupe et parvient à venir à bout d’Angers (2-2, 3-0). Lille se qualifie également devant Nancy (3-2). Le Red Star est sérieux devant l’AS des Charentes (5-2), comme Cannes devant Amiens (2-0) et Sète face à Brive (4-0). Bordeaux, tombeur du CA Paris (2-1) et Sochaux, vainqueur de Montpellier (1-0) avancent également.  Quart de finaliste l’an passé, l’Arago Sports Orléanais ne réedite pas sa performance, battu après trois matchs par le Stade Français (1-1, 1-1, 2-1).

Huitièmes de finale : Le Vésinet et Colmar s’arrêtent là

Equipe surprise de cette 29e édition de la Coupe de France, Le Vésinet est éliminé par Clermont-Ferrand après prolongation (2-1 a.p.). Colmar, tombeur de Metz et Strasbourg, dépose aussi les armes devant le RC Paris (4-3).

Ces huitièmes de finale marquent aussi quatre affrontements entre équipes de l’élite. Lille se défait de Rouen (1-0), Bordeaux stoppe Sète (3-1), le Red Star s’impose devant Cannes (3-1) et Marseille élimine Sochaux (2-1). Contre Le Mans, Lyon fait respecter la hiérarchie (2-1). Le duel entre équipes de D2 tourne à l’avantage du Stade Français devant Toulouse (2-0).

Quarts de finale : Lille prend sa revanche sur Paris 

Les quarts de finale marquent la revanche de la finale de la saison dernière entre le RC Paris, le vainqueur, et le LOSC, le finaliste malheureux. Finale avant la lettre, le choc tourne cette fois à l’avantage des Lillois, qui grâce notamment à un retourné acrobatique de Bihel, sortent le tenant (2-1).

Opposé au Stade Français, l’Olympique de Marseille se fait surprendre (3-1) et quitte donc la Coupe. La deuxième division brille dans cette Coupe puisque, comme le Stade Français, Clermont-Ferrand se joue d’une D1 dans ces quarts de finale, en l’occurence Bordeaux (4-1). L’affiche entre le Red Star et Lyon tourne à l’avantage des Parisiens qui s’imposent par 2 buts à 0.

Demi-finales :  Sixième finale pour le Red Star, deuxième pour Lille 

Les demi-finales voient Lille opposer à Clermont-Ferrand et le Red Star au Stade Français. Les deux équipes de D1 font respecter la hiérarchie. Les Lillois surclassent les Auvergnats par 7 buts à 1. Finaliste déçu la saison dernière, le LOSC se qualifie pour la deuxième fois de son histoire pour la finale de la Coupe.

Le duel parisien tourne lui à l’avantage du Red Star, qui s’impose par 3 buts à 2 devant le Stade Français. C’est la sixième fois que le Red Star se retrouve en finale de la Coupe. Lors de ses cinq finales disputées, le club parisien s’est imposé à chaque fois. Voilà le LOSC prévenu.

Finale : Lille s’offre le doublé

téléchargement (3)La finale entre le Red Star et le LOSC a lieu le 26 mai 1946 à Colombes, devant près de 60 000 spectateurs. Les deux équipes utilisent le système en WM. Le Red Star base son jeu sur la contre-attaque, avec trois avant repliés chargés d’alimenter le duo Aston-Simonyi. En face, le LOSC est privé des services de Jules Bigot, blessé, mais il est remplacé par Marceau Sommerlynck, qui n’avait pas pu la disputer la finale de 1945 pour cause de blessure.

Grâce à Bolek Tempowski (13e), c’est Lille qui ouvre le score dans cette finale. Quelques minutes plus tard, René Bihel fait à son tour trembler les filets de Robert Germain (24e) pour donner un avantage de deux buts aux siens. Le Red Star, par l’intermédiaire d’Albert Moulet se relance au retour des vestiaires (47e), mais les Lillois se détachent à nouveau quatre minutes plus tard quand Roger Vandooren inscrit le troisième but de son équipe (51e). A la 69e minute, Lucien Leduc redonne espoir aux Parisiens en inscrivant le cinquième but de la rencontre. Mais la finale bascule définitivement du côté des Nordistes quand Vandooren inscrit un deuxième but personnel et un quatrième but collectif pour le LOSC. C’est le premier échec en finale pour le Red Star. Vainqueur par 4 buts à 2, le LOSC fête sa première Coupe de France et sa saison en tout point réussi, puisque le club est aussi sacré champion de France 1946.

– Composition des équipes finalistes de la Coupe de France 1945/1946 :

Lille OSC : Hatz – Jadrejak, Prévost, Sommerlinck – Bourbotte (cap.), Carré – Baratte, Tempowski – Vandooren, Bihel, Lechantre. Entraineur : George Berry

Red Star : Germain – Planquès, Mindonnet, Nuevo, Bersoullé (cap.), Leduc – Kadmiri, Lozia – Aston, Simonyi, Moulet. Entraineur : Edmond Delfour

La finale de la Coupe de France 1946 :

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Coupe de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s