EDF 1945/1946 : Retour à la vie normale

Retour sur la saison 1945/1946 de l’équipe de France.

Autriche / France (4-1) – Amical – 6 décembre 1945

Composition France : Darui – Dupuis, Salva, Samuel, Jordan – Bastien, Aston (cap.), Siklo – Bongiorni, Ben Barek, Vaast

téléchargement

Alfred Aston

La guerre étant terminé, le championnat de France a repris et l’équipe de France peut elle aussi retrouver une « vie » normale. Pour son premier match post-guerre, la France se déplace à Vienne pour y affronter l’équipe d’Autriche, le 6 décembre 1945. Une nouvelle fois, la France est disposée en 4-3-3 avec une défense Dupuis-Jordan-Bastien-Salva et un milieu Siklo-Ben Barek-Samuel. Les Bleus commencent la rencontre idéalement en ouvrant la marque dès la 8e minute par Bongiorni, qui honore sa première sélection comme Salva, qui reprend un centre d’Aston.

Cependant, la suite se gâte pour les Français. Karl Decker égalise à la 14e minute. A peine deux minutes après, le même Decker se joue à nouveau de la défense française pour donner l’avantage à l’Autriche (16e). La seconde période confirme la domination autrichienne. Leopold Neumer inscrit le troisième but de son équipe à la 53e minute. A la 78e minute, Decker s’offre un triplé et parachève la victoire de l’Autriche, qui triomphe donc de la France par 4 buts à 1.

Belgique / France (2-1) – Amical – 15 décembre 1945

Composition France : Darui – Dupuis, Salva, Samuel, Braun – Ourdouillié, Aston (cap.), Siklo – Bongiorni, Ben Barek, Vaast

Neuf jours après sa déroute autrichienne, le 15 décembre 1945, l’équipe de France se déplace à nouveau, cette fois, à Bruxelles, pour y affronter une vieille connaissance, la Belgique. La France est toujours disposée en 4-3-3 avec deux stoppeurs, Braun et Ourdouillié qui se chargent des attaquants Gillaux et Mermans. Au milieu et en attaque, les mêmes hommes que contre l’Autriche sont reconduits.

La première mi-temps n’est pas à l’avantage des Français. François Sermon ouvre le score pour la Belgique à la 19e minute. A la 33e minute, Sermon repasse le plat et double la mise. Ballotée, la France trouve les moyens de réagir en fin de match. Le capitaine Aston réduit la marque à la 77e minute, mais ce but ne suffit pas aux Français pour revenir et les Bleus concèdent une défaite par 2 buts à 1 à la Belgique.

France / Tchécoslovaquie (3-0) – Amical – 7 avril 1946

Composition France : Darui – Grillon, Salva, Prouff – Cuissard, Leduc, Aston (cap.) – Heisserer, Bihel, Ben Barek, Vaast

téléchargement

Ernest Vaast

Pour son premier match de l’année 1946, l’équipe de France reçoit le 7 avril au Stade Olympique de Colombes, l’équipe de Tchécoslovaquie. La France pratique dans cette rencontre un WM aménagé, avec trois arrières (Grillon, Cuissard et Salva), trois demi-défensifs (Prouff, Heisserer et Leduc), un meneur de jeu (Ben Barek) et trois attaquants (Aston, Bihel et Vaast). Principale menace offensive, le tchécoslovaque Rudolf Smejkal est surveillé de près par Heisserer

A la 15e minute, Ernest Vaast permet à la France d’effectuer la course en tête en reprenant victorieusement un corner d’Aston qui a ricoché sur Ben Barek. Il faut attendre la fin de match pour voir les Français faire définitivement la différence. Suite à un débordement d’Aston et une passe d’Heisserer, Vaast inscrit un deuxième but à la 75e minute. Huit minutes plus tard (83e), Heisserer bien servi par Aston triple la mise. Les Bleus s’imposent donc devant les Tchécoslovaques par 3 buts à 0 et mettent fin à une série de quatre matchs sans victoires.

Portugal / France (2-1) – Amical – 14 avril 1946

Composition France : Darui – Grillon, Salva, Prouff – Cuissard, Leduc, Aston (cap.) – Heisserer, Bihel, Ben Barek, Vaast

Sept jours après sa victoire devant la Tchécoslovaquie, la France se rend à Lisbonne pour y affronter le Portugal. C’est exactement le même onze de départ que contre les Tchécoslovaques qui est reconduit en ce dimanche 14 avril 1946. A la 33e minute, Marcel Salva se blesse à l’arcade et sort du terrain jusqu’à la fin de la première mi-temps. Quelques minutes après, c’est Heisserer qui se blesse et doit laisser temporairement ses coéquipiers à 9 contre 11. En double infériorité numérique, les Bleus cèdent et encaissent un but d’Antonio Araujo. Ce but permet au Portugal de mener 1 à 0 à la pause.

Au retour des vestiaires, la France évolue de nouveau à 11 contre 11. A la suite d’un centre-tir de Ben Barek repoussé par le gardien portugais Joao Azevedo, Ernest suit bien et égalise pour la France à la 68e minute. Malheureusement, les Bleus ne maintiennent ce score de parité que 4 petites minutes, le temps qu’il faut à Fernando Peyroteo pour redonner l’avantage aux Portugais (72e). Malgré le temps restant, les Français ne parviennent pas à recoller au score et sont donc battus par 2 buts à 1, retombant ainsi dans leurs travers.

France / Autriche (3-1) – Amical – 5 mai 1946

Composition France : Darui – Grillon, Salva, Prouff – Cuissard, Leduc, Aston (cap.) – Heisserer, Bihel, Ben Barek, Vaast

téléchargement

Lucien Leduc

Trois semaines après sa défaite au Portugal, le 5 mai 1946, l’équipe de France retrouve la pelouse de Colombes pour s’offrir une revanche contre l’Autriche, victorieuse des Français quelques mois plus tôt. L’équipe de départ est identique à celle alignée contre la Tchécoslovaquie et le Portugal. A la 23e minute, l’équipe de France est prise à défaut et concède l’ouverture du score à Willi Hahnemann. C’est menée 0-1 que la France termine la première période.

Heureusement, en seconde mi-temps, la France affiche un autre visage. Sur une passe de Bihel, Vaast égalise à la 66e minute. A la 83e minute, c’est sur un corner direct d’Heisserer que les Bleus prennent l’avantage. A la 86e minute, sur un corner frappée par Vaast, Leduc vient placer sa tête gagnante, qui entérine le succès par 3 buts à 1 de l’équipe de France.

France / Angleterre (2-1) – Amical – 19 mai 1946

Composition France : Darui – Grillon, Salva, Prouff – Cuissard, Leduc, Aston (cap.) – Heisserer, Sinibaldi, Ben Barek, Vaast

Quelques jours après sa victoire contre l’Autriche, la France est de retour à Colombes le 19 mai 1946 pour y affronter une bonne connaissance, l’Angleterre. Pour cette rencontre, il faut noter un seul changement par rapport aux trois derniers matchs de l’équipe de France, la titularisation de Pierre Sinibaldi à la place de René Bihel. Devant plus de 58 000 spectateurs, il faut attendre la seconde période pour voir des buts.

A la 54e minute, sur un centre-tir lobé, Jean Prouff ouvre la marque pour les Français. A la 78e minute, à la suite d’un centre de Ben Barek que relâche Albert Williams, le portier anglais sous la pression de Sinibaldi, Vaast pousse le ballon au fond des filets, pour donner une avance de deux buts à la France, que l’on croit définitive. Mais dans la foulée, James Hagan réduit la marque pour les Anglais (80e). Malgré cette réduction du score, l’Angleterre ne parvient pas à égaliser et la France s’impose par 2 buts à 1, dans une rencontre toutefois pas reconnue officiellement par la Fédération Anglaise. Grâce à ce succès, l’équipe de France signe deux victoires consécutives, une performance qu’elle n’avait plus réussi à réaliser depuis mai 1939 (victoires en Belgique et au Pays de Galles).

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Équipe de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s