CDF 1947/1948 : Lille voit triple

lille1948

Lille OSC 1947/1948
Dubreucq, Witkowski, Jadrejak, Prévost, Sommerlinck, Bigot, Vandooren, Tempowski, Baratte, Carré, Lechantre

Retour sur la Coupe de France 1947/1948.

Trente-deuxièmes de finale : Lens et Nice font tomber Saint-Etienne et Alès

Les trente-deuxièmes de finale de la 31e édition de la Coupe de France débutent à partir du 2 janvier 1948. Quatre affiches entre équipes de D1 sont au menu. Finaliste malheureux la saison passée, le RC Strasbourg est éliminé par le SO Montpelliérain, qui s’impose par 2 buts à 1. Le choc entre l’Omypique de Marseille et le FC Sète, deux anciens vainqueurs, tourne à l’avantage des Marseillais, qui s’imposent par 5 buts à 2. Autre affiche entre anciens vainqueurs, FC Sochaux-Montbéliard/Red Star. Après deux manches, c’est les Sochaliens qui se qualifient (1-1, 3-0). Le duel entre le Stade Rennais et le CO Roubaix-Tourcoing est particulièrement disputé. Il faut trois matchs aux deux équipes pour se départager. Après un 1-1 et un 2-2, c’est le Stade Rennais qui fait plier les champions de France en titre (3-0).

Côté surprises, le premier gros coup vient de Reims où le RC Lens, équipe de D2, balaie l’AS Saint-Etienne par 3 buts à 0. Autre équipe de deuxième division à faire tomber un cluib de l’élite : l’OGC Nice. Opposés à l’Olympique Alésien, à la peine en D1, les Niçois se qualifient en deux temps (1-1, 5-1). Les qualifications lensoises et niçoises sont les deux grosses surprises de ces trente-deuxièmes de finale.

Les autres clubs de l’élite ne sont pas pris au piège. Double tenant du titre, le Lille OSC s’impose largement (7-0) devant les amteurs de l’EDS Montluçon (DH). Quatre fois vainqueurs de la Coupe, le RC Paris n’a aucune difficulté à se défaire de l’ES Castres (DH). Les Parisiens s’imposent par 7 buts à 2. Opposé à l’US du Mans (D2), le Stade de Reims est sérieux (1-0). Une remarque qui vaut aussi pour le FC Nancy, vainqueur de l’AS Angoulême (D2) par 2 buts à 1. Contre le FC Nantes (D2), le Stade Français doit s’y prendre à deux fois pour obtenir sa qualification (1-1, 1-0). C’est le même scénario pour le FC Metz devant le SA Douai (D2), vainqueur 8 à 0 après un nul initial (1-1). L’AS Cannes-Grasse dispose tranquillement du CO Cholet (DH) par 3 à 0, et le Toulouse FC, par 1 but à 0, passe devant le Paris UC (DH).

Six clubs de l’élite ont donc été éliminés durant ces trente-deuxièmes de finale, ce qui laisse donc 12 clubs de D1 en lice. Battus par des équipes de deuxième division, l’AS Saint-Etienne et l’Olympique Alésien font figures de mauvaises élèves.

Seizièmes de finale : Angers s’offre l’OM

Ces seizièmes de finale sont l’occasion de trois duels entre équipes de l’élite. Par 4 buts à 3, le RC Paris se débarasse de l’AS Cannes-Grasse. Le duel entre le FC Metz et le SO Montpelliérain ne donne d’abord pas de vainqueur (1-1). Le match d’appui tourne largement à l’avantage des Messins (4-0). L’opposition entre le FC Nancy et le Toulouse FC voit la qualification des Nancéiens, vainqueurs 2 à 1.

Ces seizièmes de finale sont surtout marqués par le gros coup réalisé par le SCO Angers (D2). Opposé à l’Olympique de Marseille, détenteur du plus grand nombre de Coupes de France (6), les Angévins ne se laissent pas impressionner et font chuter les Marseillais en deux matchs (3-3, 3-2).

En favori, le Stade Rennais s’impose 4 à 2 devant Nîmes (D2). Dans un choc parisien, le Stade Français ne laisse aucune chance au CA Parsi (D2), en s’imposant par 4 à 0. Le Stade de Reims a plus de difficultés devant Le Havre AC (D2) mais obtient tout de même sa qualification au terme d’un replay (2-2, 3-0). Le FC Sochaux-Montbéliard, lui, est à la fête, devant les amateurs du CS Thilottin (DH). Victoire 6 à 0 pour Sochaux. C’est aussi une formalité pour le LOSC, opposé à l’Olympique Saint-Quentin (DH). Les Lillois s’imposent par 6 à 0.

Troubles-fêtes des trente-deuxièmes de finale, le RC Lens et l’OGC Nice seront présents en huitièmes de finale. Pour cela, les Lensois ont éliminé l’AS Bayeux (DH) par 2 buts à 0 et les Niçois ont disposé par 4 à 2 du Stade Quimpérois (DH).

Les éliminations de Toulouse, Cannes et Montpellier conjuguées à la sortie de route surprenante de Marseille devant Angers laissent huit équipes de première division encore en lice dans cette Coupe de France 1947/1948.

Huitièmes de finale : Lens remet le couvert, Bordeaux surprend Metz

Ces huitièmes de finale ne donnent lieu qu’à une seule confrintation entre deux équipes de l’élite, à savoir l’affiche entre le Stade de Reims et le FC Sochaux-Montbéliard. Par 2 buts à 1, c’est Sochaux qui s’impose et se qualifie.

Parmi les six autres clubs de l’élite opposés à des équipes de divisions inférieures, le FC Metz et le Stade Rennais se font surprendre par des équipes supposées plus faibles. Rennes tombe devant le RC Lens (D2), qui réédite sa performance des trente-deuxièmes de finale de battre une D1. Les Lensois s’imposent par 3 buts à 2. Metz est lui surpris par les Girondins ASP (D2). Les Messins s’inclinent 2 buts à 0 devant le vainqueur de la Coupe de France 1941.

Surprise des seizièmes de finale, le SCO Angers (D2) est stoppé par le double tenant du titre, le Lille OSC (3-1). L’OGC Nice (D2) ne renouvele pas  son exploit des trente-deuxièmes de finale en se faisant éliminer par le RC Paris (1-0). A Strasbourg, le FC Nancy dispose de l’AS Troyes (D2), 2 buts à 1. Opposé à Béthune (DH), le Stade Français n’est pas inquiété (4-0). La seule rencontre ne concernant pas au moins une équipe de D1 oppose le SR Colmar (D2) au FC Gueugnon (DH). Favori, Colmar fait respecter son statut en s’imposant 3-0).

Reims éliminé, Metz et Rennes surpris, ces huitièmes de finale ont fait trois nouvelles victimes parmi les équipes de D1. Cinq équipes de D1 (Lille, Sochaux, Nancy, le Stade Français et le RC Paris) et trois équipes de D2 (Lens, Bordeaux et Colmar) sont encore en compétition.

Quarts de finale : Lens n’est pas rassasié

Les quarts de finale se déroulent le 21 mars. Deux affiches mettent aux prises des équipes de l’élite. A Paris, le Lille OSC et le RC Paris ne peuvent d’abord pas se départager (3-3) et doivent donc rejouer le match. Le LOSC finit par s’imposer 2 buts à 1 et n’abandonne pas sa Coupe. La seconde affiche oppose le FC Nancy au FC Sochaux-Montbéliard. Le duel est moins serré et tourne à l’avantage de Nancy, victorieux 4 buts à 1.

Opposé au Stade Français, le RC Lens (D2) a une nouvelle fois fort à faire. Mais les Lensois, déjà tombeurs de deux équipes de D1 dans cette Coupe, ne se laissent pas impressionner par les Parisiens et signent une nouvelle belle performance en s’imposant par 2 buts à 1. Les Lensois ne seront pas les seuls pensionnaires de deuxième division présents en demi-finale puisque les deux autres clubs de D2 encore qualifiés doivent s’affronter dans ces quarts de finale. Le duel entre Colmar et Bordeaux tourne à l’avantage des Colmariens qui s’imposent par 1 but à 0.

Demi-finales : Lens ne s’arrête pas, quatrième finale consécutive pour Lille

Les demi-finales mettent aux prises les équipes de D1 entre elles (Lille contre Nancy) et les équipes de D2 entre elles (Colmar à Lens).

Le match entre le LOSC et Nancy se déroule à Paris. A la 5e minute de jeu, Marcel Poblomme ouvre la marque pour le FC Nancy. Double tenant du titre, le LOSC ne veut pas lâcher son trophée. Jean Baratte égalise à la 25e minute. Sept minutes plus tard (32e), Roger Vandooren donne l’avantage au LOSC, un avantage qui sera définitif pour le LOSC, vainqueur donc par 2 buts à 1. Pour la quatrième fois consécutive, le LOSC est en finale de la Coupe de France.

La demi-finale entre le SR Colmar et le RC Lens a lieu à Lyon.  Dès la 1ere minute de jeu, Stefan Dembicki – dit Stanis – ouvre la marque pour le RCL. A peine deux minutes plus tard (3e), Stanis récidive et double la mise son club. Le début de match en feu des Lensois est concrétisé par un troisième but signé Jean Mankowski. En début de seconde période (54e), Zopp réduit la marque pour Colmar. Mais, à la 65e minute de jeu, Stanis inscrit son troisième but personnel. En fin de match (88e), Maryan Pachurka inscrit un cinquième but lensois et parachève le succès du RCL, qui s’impose donc par 5 buts à 1. Pour la première fois de son histoire, le RC Lens se qualifie donc pour la finale de la Coupe de France.

Finale : et de trois pour Lille !

Les Lillois avec la Coupe

Les Lillois avec la Coupe

Le 10 mai 1948 à Colombes, la 31e finale de la Coupe de France met donc aux prises les voisins nordistes du Lille OSC et du RC Lens. Double tenant du titre et pensionnaire de l’élite, le LOSC est logiquement favori de cette finale qui l’oppose au finaliste novice lensois. Devant 60 739 spectacteurs, les Lillois sont les premiers à se mettre en évidence. A la 23e minute, servi par Roger Carré, Roger Vandooren trouve l’ouverture d’un tir au ras du poteau droit de Georges Duffuler, le portier lensois. Mais les Lensois ne se découragent et par l’inermédiaire de leur buteur vedette, Stanis (39e), parviennent à revenir à hauteur avant la pause.

Dès le début de la seconde période, le LOSC se détache à nouveau grâce à un but de Jean Baratte, qui reprend victorieusement un tir de Tempowski repoussé des poings par Duffuler (52e). Mais les Lensois peuvent encore compter sur leur génial attaquant Stanis, qui d’un corner direct brossé se charge d’égaliser à nouveau à la 77e minute de jeu. En fin de match (86e), les Lillois reprennent une troisième fois l’avantage au score grâce à un tir croisé de Jean Baratte. Cette fois, les Lensois ne reviendront pas. Par 3 buts à 2, le LOSC remporte une nouvelle Coupe de France, la troisième de suite et de son histoire.

– Composition des équipes finalistes de la Coupe de France 1947/1948 :

Lille OSC : Witkowski – Jadrejak, Prévost, Sommerlinck – Dubreucq, Bigot (cap.) – Tempowski, Carré – Vandooren, Baratte, Lechantre. Entraineur : André Cheuva

RC Lens : Duffuler – Gouillard, Golinski, Melul – Siklo, Ourdouillié (cap.) – Marresch, Pachurka – Mankowski, Stanis, Habera. Entraineur : Nicolas Hibst

La finale de la Coupe de France 1948 :

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Coupe de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s