EDF 1947/1948 : Entre exploits et réalité

Retour sur la saison 1947/1948 de l’équipe de France.

Portugal / France (2-4) – Amical – 23 novembre 1947

Composition France : Darui – Grillon, Marche, Prouff, Grégoire – Hon, Alpsteg, Heisserer (cap.) – Baratte, Ben Barek, Vaast

Ernest Vaast

Ernest Vaast

Comme la saison dernière, l’équipe de France débute sa saison par une rencontre face au Portugal. Cette fois, les Français se déplacent et se rendent au Estadio Nacional de Lisbonne. C’est la neuvième fois de son histoire que la France affronte le Portugal. Dans la composition de départ de l’équipe de France, il faut noter le retour de Larbi Ben Barek en meneur de jeu et la première sélection de Louis Hon. Jean Baratte est aligné en position d’avant-centre. Pour le reste, c’est plutôt du classique. Par l’intermédiaire de Fernando Peyroteo, le Portugal ouvre le score à la 32e minute de jeu.

Menés à la pause, les Français réagissent dès le début de la seconde période. D’un tir en demi-volée au coin des six mètres, Ernest Vaast égalise à la 47e minute. Quatre minutes plus tard (51e), Vaast récidive en reprenant un centre d’Alpsteg prolongé par Baratte pour donner l’avantage à la France. Grâce à Antonio Araujo, le Portugal parvient à revenir à hauteur à la 71e minute. Mais Vaast étincele et est présent dans tous les bons coups. A la 77e minute, il redonne l’avantage à l’équipe de France en reprenant de volée une passe de Ben Barek. A la 84e minute, Ben Barek se transforme en buteur et enfonce le clou en inscrivant le quatrième but français d’un tir en demi-volée sur un service en profondeur de Louis Hon. Grâce à ce succès par 4 buts à 2, l’équipe de France confirme son embellie entrevue la saison dernière et signe une quatrième victoire consécutive. C’est la cinquième victoire de l’équipe de France contre le Portugal mais la première à l’extérieur, en terre portugaise.

France / Italie (1-3) – Amical – 04 avril 1948

Composition France : Domingo – Grillon, Marche, Cuissard, Jonquet – Prouff, Alpsteg, Heisserer (cap.) – Baratte, Ben Barek, Vaast

Marcel Domingo

Marcel Domingo

Il faut presque attendre cinq mois pour retrouver l’équipe de France. Les Bleus reprennent du service pour affronter l’Italie, à Colombes. Cette rencontre marque une grande nouveauté puisque pour la première fois, les maillots des joueurs sont numérotés. Pour cette 18e confrontation contre l’équipe d’Italie, les Français sont privés de Julien Darui, forfait, remplacé dans les buts par Marcel Domingo qui fête sa première cape. Robert Jonquet connaît lui aussi les joies d’une première sélection avec ce match. Pour le reste, l’équipe se veut prudente avec Antoine Cuissard et Jean Prouff qui renfocent la défense. Il faut dire que l’Italie réussit peu à la France. En 17 matchs, les Français ont concédé 11 défaites pour 3 nuls et 3 victoires, un constat largement défavorable.

Malgré la prudence affichée dans la composition d’équipe de Gabriel Hanot, les Français connaissent une première période délicate et difficile. A trois reprises, Domingo doit aller chercher le ballon au fond des filets. D’abord une première fois à la 31e minute sur un but de l’attaquant Riccardo Carapellese. Ensuite, à la 36e minute, c’est Guglielmo Gabetto qui inscrit un deuxième but italien. Enfin, à la 39e minute, c’est Riccardo Carapellese qui récidive en marquant un deuxième but personnel. 0/3 à la pause, l’affaire est déjà entendue. Les Français ont le mérité de réduire le score en deuxième période, grâce à un pénalty (tiré deux fois) transformé par Jean Baratte à la 71e minute. La France s’incline par 3 buts à 1 et concède donc une 12e défaite en 18 rencontres face à l’Italie. La belle série de quatre victoires consécutives s’achève.

France / Ecosse (3-0) – Amical – 23 mai 1948

Composition France : Darui (cap.) – Huguet, Marche, Cuissard, Grégoire – Prouff, Sesia, Baratte – Bongiorni, Ben Barek, Flamion

Julien Darui

Julien Darui

Après l’Italie, l’équipe de France doit faire face à un autre adversaire qui ne lui réussit pas, à savoir l’Ecosse. Les deux précédentes confrontations, bien que disputées en France en 1930 et 1932, ont tourné à l’avantage des Ecossais. Hanot décide d’apporter quelques modifications dans sa composition de départ : le Stéphanois Guy Huguet, le Nancéien Georges Sesia et le Rémois Pierre Flamion sont sélectionnés et titularisés pour la première fois. Emile Bongiorni fait également son retour dans l’équipe. En l’absence d’Heisserer, Julien Darui, de retour, récupère le brassard de capitaine. A Colombes, pour ce 177e match de l’histoire de l’équipe de France, la première période est conclue sur un score nul et vierge.

En seconde période, la France enclenche la vitesse supérieure et ouvre la marque à la 55e minute de jeu par Bongiorni, qui, aux six mètres reprend un tir de Ben Barek dévié par un défenseur écossais. La France accélère et double la mise à la 60e minute grâce à Flamion, qui trompe Cowan, le gardien écossais, d’un tir croisé. A la 79e minute, Baratte inscrit le troisième but en reprenant de volée un retourné de Ben Barek à la suite d’un corner frappé par Flamion. Par 3 buts à 0, la France signe une victoire sans grande difficultés, acquise grâce à une belle seconde période. Pour la première fois, la France s’impose devant l’Ecosse.

Belgique / France (4-2) – Amical – 6 juin 1948

Composition France : Darui (cap.) – Huguet, Marche, Cuissard, Grégoire – Prouff, Batteux, Baratte, Biongiorni – Ben Barek, Flamion

Antoine Cuissard

Antoine Cuissard

Quelques jours plus tard, la France se déplace à Bruxelles pour y affronter une vieille connaissance, l’équipe de Belgique. C’est la 38e confrontation entre les deux nations. Face à un adversaire qui présente deux avants-centres (Mermans et Govard), la France choisit aussi d’évoluer avec dans cette configuration en confiant l’attaque à Baratte et Bongiorni. Pour faire face au dispositif belge, Prouff est contraint d’évoluer en défense, au marquage des attaquants belges, alors que Cuissard s’occupe du meneur de jeu Chaves. Mais en début de match, Chaves se joue de son adversaire et de l’organisation française pour ouvrir le score dès la 10e minute de jeu. A la pause, les Français sont menés 1 à 0.

A la reprise, Antoine Cuissard se rattrape en inscrivant le but de l’égalisation (47e). A la 74e minute, Ben Barek reprend d’un retourné du pied gauche un centre du novice Albert Batteux et donne l’avantage à la France. L’avantage est de courte durée puisque dans la foulée (76e), Govard égalise pour la Belgique. A la 85e minute de jeu, Mermans trompe Darui et redonne l’avantage à la Belgique. A la 89e minute, Chaves asseoit le succès belge en inscrivant le quatrième but collectif de son équipe, son deuxième personnel de la rencontre. L’équipe de France est battue pa 4 buts à 2. C’est la 17e défaite de l’équipe de France contre la Belgique (pour 15 victoires et 6 nuls). Avec cette défaite, la France retombe dans ses travers.

Tchécoslovaquie / France (0-4) – Amical – 12 juin 1948

Composition France : Darui (cap.) – Huguet, Marche, Prouff, Cuissard – Hon, Baillot, Batteux – Baratte, Ben Barek, Flamion

Albert Batteux

Albert Batteux

Six jours après son déplacement à Bruxelles, l’équipe de France se rend à Prague pour affronter la Tchécoslovaquie pour terminer sa saison 1947/1948. Historiquement, la Tchécoslovaquie est un adversaire qui ne réussit pas à l’équipe de France. En 8 confrontations, les Français se sont inclinés à 7 reprises. Mais la dernière opposition entre les deux nations, en 1946, a permis à l’équipe de France de signer sa première victoire face aux Tchécoslovaques. Pour tenter de rééditer cette performance, l’équipe de France est réorganisée et disposée en 4-3-3. En défense, Cuissard et Hon occupent les postes d’arrières centraux et se chargent respectivement de Cejp et Maly, les deux avant-centres tchécoslovaques. Au milieu, Prouff est placé au marquage du meneur de jeu Riha tandis que Batteaux et Ben Barek ont pour mission d’organiser les offensives françaises. Dans cette configuration, la France rivalise avec la Tchécoslovaquie. La première période est cependant vierge de but.

La seconde période est en revanche beaucoup plus prolifique et sourit à l’équipe de France. A la 62e minute, Batteux ouvre le score sur un corner direct. Quatre minutes plus tard (66e), Baratte récidive en doublant la mise après une percée de 30 mètres et un tir croisé. A la 74e minute, le Messin Henri Baillot fête sa première cape en reprenant victorieusement de volée un centre de Famion. A la 89e minute, le Rémois Albert Batteux parachève le succès français en inscrivant un troisième but personnel d’un tir de 15 mètres sur un service en retrait de Baillot. Par 4 buts à 0, la France signe, à Prague, une victoire convaincante et de prestige contre la Tchécoslovaquie. Le saison de l’équipe de France se conclut par une troisième victoire en cinq rencontres. Bien que moins convaincante que la saison dernière, cette saison reste une belle saison pour l’équipe de France, qui pour la première fois de son histoire s’est imposée au Portugal et en Tchécoslovaquie, deux exploits remarquables.

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Équipe de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s