D1 1948/1949 : Le Stade de Reims sabre le champagne

"<br

Stade de Reims 1948/1949
Jacowski, Petitfils, Jonquet, Abenoza, Prouff, Marche, Flamion, Pi. Sinabaldi, N. Sinibaldi, Batteux, Bini

Cette onzième saison du Championnat de France marque le retour en première division de l’OGC Nice et l’arrivée pour la première fois dans l’élite du football français du SR Colmar.

L’OM débute bien mais bute sur Rennes

Pour son premier match en D1, Colmar a fort à faire puisqu’il est opposé au champion de France en titre, l’Olympique de Marseille. Les Olympiens, entrainé pour la deuxième année de suite par Guiseppe Zilizzi, débutent bien en s’imposant largement (7-2). Les Marseillais enchainent devant le CO Roubaix-Tourcoing (4-2) mais s’inclinent au RC Paris (5-2), ce qui les contraint à laisser la tête au FC Sochaux-Montbéliard. Néanmoins, l’OM reprend la tête après six rencontres au bénéfice d’une victoire à Nice (0-5) combiné à une défaite de Sochaux devant le RC Paris (1-2). L’OM doit l’abandonner aussitôt battu à domicile par l’équipe en forme du moment, le Stade Rennais. Grâce à Bourdin par deux fois et Le Berre, les Rennais s’imposent par 3 buts 1 en terre marseillaise.

Nouveau leader, Rennes tient la tête en signant deux belles victoires, d’abord à Paris (2-3) puis devant Nancy (4-0). Mais les Rennais chutent devant Saint-Etienne (1-3) et voient Lille, vainqueur à Nancy (0-1), s’emparer de la tête après la dixième journée. Lille s’impose à Sochaux (3-1) pendant que Rennes essuie une deuxième défaite consécutive à Reims (4-2). Comme l’OM, vainqueur de Strasbourg (1-2), les Rémois comptent 1 point de retard sur le LOSC. Les trois derniers du précédent exercice sont à nouveau en place sur le podium.

Paris, Marseille et Reims au coude à coude

Le choc entre Lille et Marseille ne donne pas de vainqueur (2-2), ce qui profite à Reims, tombeur du champion de France 1947, le CO Roubaix-Tourcoing (1-0), 12e après douze journées. Le LOSC tombe à Montpellier (2-1) et doit laisser son fauteuil au Stade de Reims, qui s’impose magistralement au Stade Vélodrome de Marseille (3-4) grâce à des csc de Dahan et de Rodriguez et à un doublé de Pierre Flamion. Les deux chocs contre Lille et Reims n’ont pas réussi à Marseille, désormais à 3 points de la tête et cinquième derrière Reims, Lille, Paris et Rennes.

La réception de Nancy, pourtant lanterne rouge, ne réussit pas au leader rémois, tenu en échec (3-3). Mais comme dans le même temps, Lille a perdu devant Paris (2-3), Reims reste commandes devant un nouveau dauphin, le RCP chez lequel il s’apprête à se déplacer. A Paris, chez un adversaire en pleine confiance, les Rémois sont battus par 3 buts à 1. Quenolle, Nicolitch et Gabet ont été les buteurs parisiens et permettent à leur club de s’emparer de la première place du championnat. Le RCP enchaine par un net succès 5 à 0 devant Toulouse. Reims confirme ses difficultés en se faisant accrocher chez le promu niçois (2-2). L’OM, vainqueur de Cannes (1-0) s’empare de la deuxième place. La belle série parisienne s’arrête à Strasbourg où le Racing s’incline 3 à 1. Marseille, vainqueur à Montpellier (1-2) et Reims, tombeur de Sète (2-0) en profite pour recoller. A la moitié du championnat, Paris, Marseille et Reims comptent le même nombre de points, 23. Lille est à 1 point, Rennes à 2 et Saint-Etienne, quatrième du dernier championnat, à 3.

La valse des leaders se poursuit

Paris reprend un peu d’aise en battant Cannes (3-0) quand Marseille est accroché à Colmar (1-1) et Reims défait par Saint-Etienne (2-3). Les Parisiens connaissent à leur tour un coup d’arrêt devant Montpellier (1-1) alors que l’OM fait parler la poudre et son attaque de feu contre Roubaix-Tourcoing (2-10). Battu par Colmar (1-2), Reims accuse le coup. Le dernier match de l’année est un gros choc entre Marseille et Paris. La confiance est du côté des Marseillais qui s’imposent brillamment par 3 buts à 0. Reims termine l’année 1948 sur une mauvaise note, battu à Lille (2-1), désormais dauphin de l’OM à 1 point. Paris est à 2 points, Rennes à 3 et Reims pointe 5 longueurs de retard.

Lille, qui signe un succès probant contre Colmar (8-0), repasse devant puisque l’OM chute à Nancy (3-2), qui va beaucoup mieux, désormais treizième. Reims réenclenche devant le Red Star (4-0). Un Red Star justement qui se ressaisit en faisant chuter le LOSC (1-0), ce qui permet à l’OM, vainqueur devant Sochaux (3-1), de récupérer le trône. Il ne fait pas bon être leader puisque l’OM craque complètement à Rennes (6-1). Lille, large vainqueur de Metz (5-0) repasse devant. Ces tergiversations lilloises et marseillaises profitent à Rennes et à Reims, revenus en embuscade à 2 points du LOSC.

Reims en boulet de canon

Lille garde le cap en s’imposant à Toulouse (1-4) alors que Marseille perd encore des points, 2-2 face à Nice. Lille chute devant Strasbourg (1-2), l’OM confirme ses difficultés à Sète (1-1). Reims, qui signe devant Cannes (5-2) une cinquième victoire consécutive, en profite pour revenir sur les Lillois à neuf journées de la fin. Lille se reprend bien à Cannes (1-6) alors que Reims entretient sa série à Montpellier (0-1). Marseille retrouve du poil de la tête face à Saint-Etienne (6-1) et reste à 1 point à du duo de tête, au moment de se déplacer à Reims puis de recevoir Lille. Les Marseillais peuvent revenir mais les Rémois sont en pleine confiance et portent leur série à sept victoires consécutives en s’imposant par 2 buts à 0. Lille s’impose à Montpellier (5-0) et peut définitivement mettre l’OM hors course.

Mais l’OM n’abdique pas à la défense de son titre et s’impose devant le LOSC 2 buts à 1 grâce à un doublé de Robin. Reims signe à Roubaix-Tourcoing (1-5) une huitième victoire de rang et prend désormais à six journées du terme, seul les commandes du championnat. Lille est à 2 pts, Marseille à 3 et Rennes à 4. Reims enchaine encore, cette fois devant Paris (1-0) alors que Lille bat le CORT (6-2). Défait sur la pelouse du Red Star (1-0), les derniers espoirs de l’OM s’envolent, comme ceux de Rennes, atomisé à Nice (8-0). Le titre se jouera donc entre Reims et Lille.

Reims et Lille à la lutte jusqu’au bout

Reims signe une dixième victoire consécutive à Nancy (0-1) et se frotte les mains devant la défaite de Lille à Paris (4-3). A quatre journées de la fin, Reims a fait le trou et compte 4 points d’avance sur Lille, 5 sur Marseille et 6 sur Rennes. La belle série de victoire de Reims s’arrête devant Sochaux (2-2). Lille, vainqueur de Nancy (4-0) revient à 3 points et veut encore y croire, ce qui n’est plus le cas de l’OM en roue libre et battu à Toulouse (2-1). La pression d’un premier titre de champion se fait ressentir pour Reims qui perd à Rennes (1-0) et voit Lille, tombeur de Sochaux (1-3) revenir à 1 tout petit point à deux journées de la fin. Le suspense est haletant. Pour le compte de l’avant-dernière journée, Reims reçoit Nice et fait le travail en s’imposant en patron 6 à 1. Lille ne renonce pas et s’impose devant Rennes par 3 buts à 0. Le titre se jouera donc lors de la dernière journée.

Le dimanche 29 mai, les deux équipes jouent à l’extérieur, Reims à Sète et Lille à Nice. Sous un temps orageux mais ensoleillé, les Lillois remplissent leur contrat en s’imposant par 2 buts à 1 (buts de Walter et Baratte pour le LOSC contre un but de Rolland pour l’OGCN). A Sète, le temps lui est beaucoup moins clément, puisqu’il pleut des cordes. Le terrain du Stade Bisset ressemble plus à un marécage qu’à un terrain de football. Tout le monde s’affaire pour tenter de rendre le terrain praticable. Avec quarante-cinq minutes sur l’horaire initialement prévu, alors que la pluie semble s’arrêter et avec l’accord des deux équipes, le match peut débuter. Grâce à une tête de Désiré Koranyi, Sète ouvre le score. Mais la pluie refait son apparition et à la pause, l’arbitre de la rencontre, Monsieur Jeudy, décide d’arrêter la rencontre car le terrain est impraticable. Une décision qui sauve Reims et qui fait un peu râler le LOSC et son capitaine Jean Baratte.

Reims sacré à Sète, Lille encore deuxième

Le match doit donc être rejoué trois jours plus tard, le mercredi 1er juin. Entre les deux matchs, la pluie ne réapparait plus et suite et la pelouse est remise à un état acceptable. Avec la victoire de Lille, Reims n’a d’autres choix que de gagner pour être sacré champion puisque le goal average est à la faveur des Lillois. Un nul ne suffirait pas. L’affaire commence très bien pour Reims qui ouvre la marque à la 3e minute par Pierre Sinibaldi. Mais Sète, qui n’a rien à perdre, égalise dès la 7e minute par Désiré Koranyi. Le match est tendu et accroché. Juste avant la pause, les Rémois reprennent l’avantage grâce à Petitfils. En seconde période, Reims est bousculé mais tient son avantage. On dispute la dernière minute de match quand le Sétois Marcel Tomazover déclenche une lourde frappe. Paul Sinibaldi, le gardien rémois, stoppe le tir et assure la victoire de Reims par 2 buts à 1. Sous les ordres de Henri Roessler, le Stade de Reims décroche ainsi le premier titre de champion de France de son histoire.

Comme la saison précédente, le LOSC échoue donc à 1 point d’un deuxième titre de champion, ce qui marque pour eux une saison noire puisque les Lillois perdent en finale contre le RC Paris leur Coupe de France, qu’ils avaient remporté lors des trois dernières saisons. Dans le bas du tableau, l’AS Cannes qui termine dernier du championnat est rétrogradé en deuxième division. Les Cannois ne seront pas accompagnés du 17e, le RC Strasbourg, mais de Colmar qui abandonne le statut professionnel au terme de la saison. Strasbourg est donc repêché et reste en D1.

L’équipe type du Stade de Reims 1948/1949 : Sinibaldi Paul – Jonquet, Marche – Jacowski, Batteux, Penverne – Bini, Petitfils – Prouff, Sinibaldi Pierre, Flamion 

Classement final :

RANG

EQUIPES PTS J G N P BP BC

MOY

1

Stade de Reims 48 34 22 4 8 90 54 1,667
2 Lille OSC 47 34 21 5 8 102 40

2,55

3

Olympique de Marseille 42 34 18 6 10 95 58 1,638

4

Stade Rennais 41 34 16 9 9 61 49

1,245

5

FC Sochaux-Montbéliard 38 34 16 6 12 74 52

1,423

6

RC Paris 36 34 14 8 12 71 56

1,268

7

OGC Nice 36 34 13 10 11 60 58 1,034
8 AS Saint-Étienne 35 34 13 9 12 68 72

0,944

9

Toulouse FC 34 34 16 2 16 56 53 1,057
10 Stade français-Red Star 32 34 10 12 12 59 72

0,819

11

SR Colmar 31 34 12 7 15 61 78 0,782
12 SO Montpellier 29 34 12 5 17 57 71

0,803

13

CO Roubaix-Tourcoing 29 34 11 7 16 55 89 0,618
14 FC Sète 29 34 10 9 15 34 58

0,586

15

FC Nancy 28 34 11 6 17 53 69 0,768
16 FC Metz 26 34 10 6 18 60 79

0,759

17

RC Strasbourg 26 34 10 6 18 40 68 0,588

18

AS Cannes 25 34 10 5 19 42 62 0,677

Les champions de France 1949 :

Antoine Abenoza (6 matchs)

Albert Batteux (34 matchs/6 buts)

Pierre Bini (34 matchs/22 buts)

Pierre Flamion (30 matchs/15 buts)

André Jacowski (34 matchs)

Robert Jonquet (34 matchs/1 but)

Roger Marche (33 matchs)

Jean Palluch (13 matchs/6 buts)

Armand Penverne (22 matchs)

André Petitfils (32 matchs/10 buts)

Daniel Prince (2 matchs)

Jean Prouff (34 matchs/14 buts)

Noël Sinibaldi (12 matchs/5 buts)

Paul Sinibaldi (28 matchs)

Entraineur : Henri Roessler

Pierre Sinibaldi (26 matchs/8 buts)

Publicités

A propos jonathanbre

Passionné de ballon rond, ce petit blog me sert à évoquer l'actualité foot à travers mon regard ou mon humeur.
Cet article a été publié dans Championnat de France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s